Panoramic

Jo-Wilfried Tsonga éliminé par Renzo Olivo en 4 sets au 1er tour

Tsonga, un petit tour et puis s'en va

Le 31/05/2017 à 13:01Mis à jour Le 31/05/2017 à 20:20

ROLAND-GARROS - C'est déjà terminé pour Jo-Wilfried Tsonga. Sauvé par la nuit la veille, le Français a été finalement sorti par l'Argentin Renzo Olivo après quatre sets (7-5, 6-4, 6-7, 6-4). Ce mercredi, il a perdu sa mise en jeu et le match en 8 minutes. C'est une énorme déception pour le N.1 français, qui venait de remporter son premier tournoi sur terre battue à Lyon la semaine dernière.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

L’actuel numéro 1 français n’avait plus perdu son premier match aux Internationaux de France depuis… 2005. Un an après sa sortie crève-cœur sur abandon face à Gulbis, le Manceau quitte encore Paris sans tambour ni trompette. Les regrets seront nombreux mais la défaite est plus que logique vu le niveau de jeu qu'il a affiché.

Tsonga est revenu sur le Chatrier la tête à l’envers. La nuit aurait pu lui permettre de se remettre les idées en place mais ça n’a apparemment pas été le cas. Le match a repris sur son jeu de service à 7-5, 6-4, 6-7, 5-4 en faveur de son adversaire. Pas un cadeau de toute évidence. Les premiers points ont été à l’image de son tennis de la veille : trois fautes directes pour offrir d’entrée trois balles de match à son adversaire. Mais le Français ne s’est pas démonté pour autant et entre prise de risque et montée au filet, il a réussi à sauver les trois.

Une première à Paris depuis plus de 10 ans pour Tsonga

Le sursis a été de courte durée : Olivo a bouclé quatre points plus tard la plus belle victoire de sa carrière. Pour Tsonga et le tennis français, c’est un gros coup dur. Le Manceau était habitué à atteindre au moins la deuxième semaine à Roland depuis quelques années et seul son physique a eu raison de lui dès les 16es de finale en 2016. Mais cette fois, le N.1 français aura bien du mal à expliquer sa sortie prématurée.

Après un début de saison mitigée sur terre battue, il était allé chercher de la confiance à Lyon la semaine dernière. Et il l’avait trouvé en remportant le long du Rhône le premier titre de sa carrière sur terre battue. De quoi le lancer parfaitement vers Roland-Garros, pensait-on. Sauf que sur le Central, rien ne s’est passé comme prévu.

Jo-Wilfried Tsonga face à Renzo Olivo

Jo-Wilfried Tsonga face à Renzo OlivoGetty Images

Troisième participation à un Grand Chelem pour Olivo

Entre mardi et ce mercredi, le Français a commis pas moins de 73 fautes directes. Un total indigne de son niveau de jeu et dont son adversaire, qui jouait son premier Roland-Garros, a parfaitement profité. Tsonga a aussi dû défendre 23 fois son service au cours des 3h31 passées sur le court et il a cédé sept fois son service, le dernier lui ayant été fatal. Ces totaux sont anormalement élevés pour celui qui s’appuie habituellement sur une première balle performante. Mais décidemment, rien n’est allé comme prévu pour Tsonga, tête de série numéro 12 de ce tournoi.

Olivo, de son côté, peut savourer sa performance. L’Argentin sort un peu de nulle part et il faut remonter à février 2017 pour retrouver une de ses victoires sur le circuit principal. Son expérience en Grand Chelem frôle le néant puisque, avant ce Roland-Garros, il n’avait participé qu’à deux Open d’Australie (pour une victoire en 2016). Il aura sa chance au 2e tour face à Kyle Edmund qui n'a jamais passé ce stade à Roland-Garros. Une occasion unique pour Olivo de poursuivre encore un peu plus ce rêve éveillé et de continuer de marquer cette édition.

0
0