Getty Images

Diego Schwartzman miraculé contre Kevin Anderson

Schwartzman, père courage
Par Eurosport

Le 04/06/2018 à 15:05Mis à jour Le 04/06/2018 à 15:56

ROLAND-GARROS 2018 - Diego Schwartzman revient de loin. De très loin. mené deux manches à rien, l'Argentin s'est imposé en cinq manches lundi (1-6, 2-6, 7-5, 7-6, 6-2) face à Kevin Anderson sur le court Suzanne-Lenglen. Le Sud-Africain a pourtant servi à deux reprises pour le gain du match.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Kevin Anderson aura bien besoin d'une bonne dose d'aspirine pour s'enlever le mal de crâne que ne manquera pas de lui causer cette défaite. Finaliste de l'US Open l'an dernier, le Sud-Africain n'a jamais atteint les quarts de finale dans un autre tournoi du Grand Chelem. Il a cru y parvenir lundi et, à vrai dire, on se demande encore comment il a réussi à ne pas gagner ce match qu'il a si longtemps dominé et au cours duquel il s'est mis à plusieurs reprises en position de conclure. Mais Diego Schwartzman a refusé de céder.

Pourtant, dans ce duel à la Tom et Jerry, entre la pulga argentine (1,70m) et la grande gigue de Johannesbourg (2,03m), le plus petit des deux a longtemps navigué sous la ligne de flottaison, incapable de reprendre de l'air. Kevin Anderson a survolé les deux premiers sets, expédiés en une petite heure. Il aurait alors fallu être audacieux pour imaginer que, près de trois heures plus tard, le Sud-Africain quitterait le Lenglen la tête basse et vaincu.

Vidéo - Un marathon immense de 27 coups et Anderson a cloué Schwartzman

00:42

Et Anderson s'écroula...

Le numéro 7 mondial a gâché une première occasion de s'imposer en fin de troisième set, lorsqu'il a servir pour la qualification à 5-4. Une première fois dos au mur, Diego Schwartzman s'en est sorti pour débreaker et prendre une deuxième fois le service de son adversaire dans la foulée pour s'offrir ce troisième set. Ce qui aurait alors pu n'être qu'un simple sursis allait marquer le début du calvaire psychologique de Kevin Anderson.

Ce dernier s'est bien remis de ce coup de bambou en prenant les devants dès le début du quatrième acte. Anderson a conservé son break d'avance jusqu'à... 5-4. Là, servant à nouveau pour la victoire, il a perdu son service blanc, ce qui ne lui arrive tout de même pas tous les quarts d'heure. Et ce qui devait arriver arriva : dans le jeu décisif, il s'est totalement écroulé, multipliant les fautes sans pouvoir inscrire le moindre point (7-0).

Diego Schwartzman s'est ensuite logiquement envolé dans le cinquième set, finissant sur un ultime break pour s'assurer une place en quarts de finale. Une première pour lui à Roland-Garros, et presque le début d'une bonne habitude puisqu'il avait atteint ce cap à Flushing déjà l'an passé. Son grand mérite aura été de ne jamais se désunir, malgré une évidente frustration pendant deux sets et demi. Mais ça vaut toujours le coup de s'accrocher. La preuve.

Vidéo - Schwartzman s'est battu comme un damné

03:06
0
0