Getty Images

Jelena Ostapenko éliminée, est-ce vraiment une surprise ?

Ostapenko éliminée, est-ce vraiment une surprise ?

Le 27/05/2018 à 22:58Mis à jour Le 28/05/2018 à 11:10

ROLAND-GARROS - Tenante du titre Porte d'Auteuil, Jelena Ostapenko est tombée de haut, ce dimanche, après son élimination dès le premier tour face à Kateryna Kozlova (7-5, 6-3, en 1h34). Avec 48 fautes directes, la Lettone n'a pas été récompensée de sa prise de risque permanente. Son élimination n'est pas si surprenante que cela au regard de sa saison et de l'histoire récente du tournoi.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

C'est la première grande sensation de ce Roland-Garros : la tenante du titre Jelena Ostapenko a été éliminée dès le premier tour, dimanche. Et c'est suffisamment rare pour être signalé. Ce n'est en effet plus arrivé depuis Anastasia Myskina, titrée en 2004 et battue l'année suivante par Maria Sanchez Lorenzo. Alors forcément, c'est un petit évènement. Mais il n'y a rien de bien surprenant à voir celle qui avait enchanté l'année dernière le public de la Porte d'Auteuil être sortie aussi tôt.

De manière générale, les tenantes du titre vivent rarement des lendemains heureux à Roland-Garros. Ces dernières années, seule Justine Hénin est parvenue à conserver son bien (2005, 2006, 2007). Sur les dix dernières éditions, les autres championnes en titre n'ont dépassé le stade des huitièmes de finale qu'à sept reprises. Seules Serena Williams (2016), Maria Sharapova (2013) et Francesca Schiavone (2011) ont atteint de nouveau atteint la finale l'année d'après leur sacre. Un chiffre qui montre à quel point la concurrence dans le tennis féminin est homogène sur terre battue.

" La vraie sensation, c'est qu'elle ait gagné l'année dernière"

Pour être réellement surpris de cette défaite de la Lettone, il aurait aussi fallu qu'elle puisse d'appuyer sur des références au plus haut niveau. Outre sa 5e place mondiale et sa victoire à Paris l'an dernier, elle n'a jamais fait mieux qu'un quart de finale en Grand Chelem (à Wimbledon en 2017). Son début de saison n'a pas été des plus extraordinaires non plus : aucun titre remporté, seulement une finale disputée à Miami, une élimination au 2e tour à l'Open d'Australie, et une saison de terre battue très mitigée (1/4 à Rome et Stuttgart, 1er tour à Madrid). Il n'y avait pas de quoi en faire un épouvantail dans l'optique de se succéder à elle-même.

Vidéo - Forget : "La sensation Ostapenko, c'est qu'elle avait gagné l'année dernière"

00:43

Invité de l'émission "Avantage Leconte" ce dimanche, Guy Forget, le patron du tournoi, est allé dans ce sens lui aussi : "La vraie sensation, c'est qu'elle ait gagné l'année dernière, en fait. Elle avait bluffé tout le monde" a-t-il estimé. Mais était-ce vraiment une sensation ? Les surprises sont si nombreuses dans le tennis féminin que cela n'en devient justement plus surprenant.

0
0