Serena Williams a beau avoir déclaré forfait en plein tournoi du Grand-Chelem pour la première fois de sa carrière, il y aura bien une Américaine en finale de Roland Garros. En disposant assez aisément de Daria Kasatkina (6-3, 6-1) en 1h10 à peine, ce mardi, en quart de finale, Sloane Stephens a rejoint plus facilement que prévu le dernier carré de la Porte d’Auteuil, pour la première fois de sa carrière, et sa compatriote Madison Keys, qui a triomphé un peu plus tôt de Putintseva.

20e victoire de la saison pour Stephens

Roland-Garros
L'aventure s'arrête là pour Parry
IL Y A 14 HEURES
On attendait beaucoup de cette rencontre entre deux joueuses au profil de jeu très opposé, mais la confiance accumulée par Kasatkina jusqu’alors (elle venait de battre la numéro 2 mondiale Caroline Wozniacki la veille) a fondu comme neige au soleil ce mardi, sous un ciel pourtant bien chargé. En début de partie, la puissance de frappe de l’Américaine s’est bien heurtée aux retours tout en variation de la jeune (21 ans) Russe. Et entre ces deux joueuses qui avait remporté chacune une de leurs deux premières confrontations, on pensait que le duel allait s’étirer, avec des échanges souvent longs et animés.
Mais très tôt également, Stephens a profité des retours trop doux de son adversaire, pour dominer dès qu’elle rentrait dans le court (17 coups gagnants au final, contre 10 pour Kasatkina). Plus expérimentée que la 14e mondiale, l’Américaine a su breaker au meilleur des moments pour mener 5-3 dans le premier set et prendre les commandes de la rencontre. Comme Caroline Garcia lundi, Kasatkina est alors passée à côté de son rendez-vous, multipliant les fautes directes (25 finalement, soit 7 de plus que Stephens) et ce match serré jusqu’alors s’est délité.
Après avoir raté deux coups d’affilée pour laisser son adversaire revenir à 1 partout dans la seconde manche, la vainqueure du tournoi juniors en 2014 n’a plus répondu ensuite, et a laissé Stephens breaker par deux fois pour plier la partie. Une déception que la Russe, au jeu varié et qui l’a montré seulement par intermittences, devrait digérer rapidement puisqu’il s’agit quand même de son meilleur résultat en Grand-Chelem. Stephens, elle, n’a jamais été aussi proche d’un deuxième trophée aussi prestigieux. En demie, cela tombe bien, elle aura l’occasion de se rapprocher d’une deuxième couronne face à celle qu’elle a déjà battue en finale de l’US Open 2017, Madison Keys.
WTA Indian Wells
Osaka plus forte que le vent et Stephens
11/03/2022 À 06:45
Open d'Australie
Huit à la suite : Raducanu a fait honneur à son nouveau statut
18/01/2022 À 12:55