Getty Images

Stephens : "Je ne suis pas satisfaite, mais je suis fière de moi"

Stephens : "Je ne suis pas satisfaite, mais je suis fière de moi"

Le 09/06/2018 à 20:36Mis à jour Le 09/06/2018 à 20:38

ROLAND-GARROS 2018 – Sloane Stephens a longtemps eu le match en main avant que cette finale contre Simona Halep ne lui échappe. Mais l'Américaine garde le sourire. Après son titre à New York en septembre dernier, son parcours à Roland-Garros lui permet de boucler la saison sur terre battue la tête haute.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

A chaud, comment expliquez-vous le brutal retournement de situation alors que vous meniez 6-4, 2-0 ?

S.S. : Elle a élevé son niveau de jeu, tout simplement. Il n'y a pas grand-chose à faire contre ça. J'ai fait du mieux que j'ai pu, y compris dans les deux derniers sets, mais la meilleure joueuse a gagné aujourd'hui. Même dans le deuxième set, j'ai eu des opportunités, mais ça n'a pas marché. Je vais apprendre de ça, et aller de l'avant.

C'est la première fois de votre carrière que vous perdez une finale…

S.S. : Vous savez, jouer une finale de Grand Chelem, c'est très spécial. Il n'y a pas tant de joueuses que ça qui jouent des finales de Grand Chelem. Alors le fait d'avoir pu en gagner une et d'en jouer une autre en si peu de temps, ça me rend très optimiste pour la suite. Aujourd'hui, je ne suis pas satisfaite, mais je suis fière de moi.

Dans votre discours sur le court, vous avez dit que votre équipe était la raison pour laquelle, malgré la défaite, vous pouviez quitter le court avec le sourire…

S.S. : Oui, parce qu'ils m'autorisent et me permettent d'être moi-même. On s'amuse, ensemble, on fait les choses sérieusement, mais avec beaucoup de légèreté. Il y a des moments de stress dans ce sport et des déceptions, mais on s'amuse. Tout n'est pas toujours parfait, mais on peut se regarder dans une glace et être fiers de ce que nous avons accompli ensemble.

Vidéo - Halep a vu l'histoire se répéter avant d'en changer le cours : les temps forts de la finale en vidéo

03:02

Titre à l'US Open, finale à Roland-Garros, votre plus grande satisfaction n'est-elle pas de devenir compétitive à ce point dans des contextes aussi différents ?

S.S. : Oui, je pense que j'ai atteint une certaine constance. Je suis une joueuse multi-court. Je peux jouer sur plein de surfaces différentes, ce qui est plutôt cool. J'aime la terre battue, j'aime le dur, j'aime le gazon. J'aime tout. Je n'ai rien contre aucune surface.

Vous étiez bléssée il y a un an. Si vous deviez utiliser un seul mot pour définir votre retour au premier plan, ce serait lequel ?

S.S. : Un seul mot ? Persévérance, peut-être. Juste continuer, encore et toujours, même quand c'est difficile. Et toujours croire en soi, quand les autres ne croient plus en vous.

Vous serez 4e mondiale lundi. Vous vous installez peut-être pour un long moment dans le Top 10, voire Top 5…

S.S. : Je ne pense pas à ça. Ce n'est pas une priorité. Les classements sont ce qu'ils sont et c'est super d'être numéro 4, mais je veux surtout continuer à progresser dans mon jeu. Devenir meilleure. Le classement, ce n'est pas un truc auquel je pense.

C'est quoi la suite pour vous ?

S.S. : Rentrer à la maison. Je suis là depuis cinq semaines, j'adore être en Europe, c'était chouette, mais j'ai besoin de rentrer à la maison. Ensuite, je ne sais pas. Peut-être Eastbourne et Wimbledon. Peut-être juste Wimbledon. Je ne suis pas sûre encore, ce n'est pas arrêté. Il faut déjà que je m'occupe de moi et que je décide ce qui est le mieux.

Sloane Stephens

Sloane StephensGetty Images

0
0