Getty Images

Sacrée Barty !

Sacrée Barty !

Le 08/06/2019 à 17:45Mis à jour Le 08/06/2019 à 20:06

ROLAND-GARROS – Ashleigh Barty tient son plus grand titre. L’Australienne de 23 ans a triomphé en finale de la jeune Tchèque Marketa Vondrousova (19 ans), semble-t-il inhibée par l’enjeu, samedi sur le Chatrier (6-1, 6-3). Barty, qui avait mis sa carrière en stand-by fin 2014, a dominé le match de la tête et des épaules. Huitième mondiale en début de quinzaine, elle sera 2e ce lundi.

Margaret Court a une héritière. Quarante-six ans après son illustre compatriote, Ashleigh Barty a remporté Roland-Garros samedi, le premier titre du Grand Chelem de sa carrière. L’Australienne a réalisé un match plein pour balayer en 1h10 de jeu et deux petits sets (6-1, 6-3) la jeune Tchèque Marketa Vondrousova, 38e joueuse mondiale, visiblement submergée par la pression. Ce succès lui permettra lundi de passer de la 8e place du classement WTA au rang de dauphine de Naomi Osaka.

La finale dames de cette édition 2019 ne restera pas dans les annales, et c’était prévisible. Quand deux joueuses peu habituées à la tension inhérente à ces grandes occasions s’affrontent, la nervosité joue souvent un rôle prépondérant. C’est donc celle qui a le mieux géré l’événement, retardé qui plus est par la fin de la demi-finale entre Novak Djokovic et Dominic Thiem, qui s’est logiquement imposée, et plutôt sèchement.

Vidéo - Un smash pour l'éternité et Barty a levé les bras

02:27

Vondrousova, une première difficile sur le Chatrier

Ashleigh Barty l’avait annoncé, elle avait envie de "profiter" de ce match et de "s’amuser". Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle y est parvenue. Libérée d’entrée de jeu dans ses frappes, l’Australienne en a fait voir de toutes les couleurs à son adversaire tchèque qui, du haut de ses 19 ans, avait les jambes bien raides de son côté. Percutante côté coup droit, l’Australienne a fait le break d’entrée (3-0) et un premier écart en 7 petites minutes.

Peu mobile pour sa grande première sur le court Philippe-Chatrier, Marketa Vondrousova a constamment subi et a joué trop court dans la première manche. Elle n’a d’ailleurs pas réussi à tenir le moindre jeu de service, n’évitant la "bulle" que grâce à un debreak qui n’aura pas suffi à la libérer (6-1). En à peine plus d’une demi-heure, Barty menait déjà d’un set et d’un break (6-1, 2-0), donnant à cette finale des allures de procession.

Marketa Vondrousova, lors de Roland-Garros 2019

Marketa Vondrousova, lors de Roland-Garros 2019Getty Images

Le slice de Barty a fait des ravages

Tactiquement, l’Australienne a parfaitement neutralisé Vondrousova : son slice de revers dans la diagonale était la réponse parfaite au coup droit de gauchère de la Tchèque qui manquait de puissance. Très solide au service (68 % de premières balles, 3 aces pour une double faute), Barty a conservé sans difficulté son avance dans le deuxième set, malgré un certain réveil de son adversaire, plus autoritaire sur ses propres mises en jeu.

Tout au long du match, Barty a fait le jeu (27 coups gagnants contre 10 à Vondrousova), ses montées en slice de revers et son sens tactique ont torturé jusqu’au bout la Tchèque qui n’a jamais réellement pu sortir la tête de l’eau. A défaut de suspense, cette finale aura sacré un certain tennis, fait de variations et propre techniquement. Ce changement notable va de pair avec l’émergence d’une nouvelle génération de joueuses en cette saison 2019 décidément surprenante. Championne à Paris, Barty, qui avait mis sa carrière en stand-by pendant plus d'un an (de fin 2014 à début 2016), a toutes les armes pour briller sur d’autres terrains, à commencer par le gazon de Wimbledon dès le mois prochain.

Ashleigh Barty, lors de la finale de Roland-Garros face à Marketa Vondrousova

Ashleigh Barty, lors de la finale de Roland-Garros face à Marketa VondrousovaGetty Images

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0