Roger Federer avait préparé le terrain. Devant la presse, après sa difficile victoire en quatre sets contre Dominik Koepfer (7-6, 6-7, 7-6, 7-5), un match achevé à 0h45 du matin, le Suisse avait laissé entendre qu'il pourrait s'arrêter là et ne pas disputer son huitième de finale contre Matteo Berrettini, prévu ce lundi. Il voulait voir comment son corps réagirait après ces trois heures et demie de lutte. Dimanche après-midi, la nouvelle est tombée : Federer se retire de cette édition 2021.
"Après avoir discuté avec mon équipe, j'ai décidé que je devais me retirer du tournoi de Roland-Garros aujourd'hui (dimanche, NDLR), a-t-il expliqué dans un communiqué. Après deux opérations du genou et plus d'un an de rééducation, il est important que j'écoute mon corps et que je n’aille pas trop vite dans le retour à la compétition. Je suis ravi d'avoir gagné trois matches. Il n'y a pas de meilleur sentiment que d'être de retour sur le terrain."
Roland-Garros
"Ils manquent de courage" : Dolgopolov charge Roland-Garros et le monde du tennis
21/03/2022 À 21:02

Rapport bénéfice-risque

C'est la toute première fois de sa carrière que Roger Federer se retire d'un Grand Chelem en cours de tournoi. Jamais il n'avait abandonné ou déclaré forfait une fois la compétition entamée. Il "innove" donc dans ce domaine, à presque 40 ans et pour son 80e Grand Chelem. "Le tournoi de Roland-Garros est désolé du retrait de Roger Federer, qui a livré un magnifique combat hier (samedi, NDLR) soir. Nous étions tous ravis de son retour à Paris où il a disputé trois matches de haut niveau. Nous lui souhaitons le meilleur pour la suite de la saison", a commenté Guy Forget, le patron du tournoi.

Roger Federer et Roland-Garros, c'est fini pour cette année.

Crédit: AFP

La suite de la saison, c'est le gazon et c'est sans aucun doute en très grande partie ce qui a motivé la décision de Roger Federer. A court de compétition, l'ancien numéro un mondial sait qu'il n'avait qu'une infime chance de jouer la victoire finale à Paris. A Wimbledon, le mois prochain, il est en revanche convaincu de pouvoir jouer un rôle majeur et, comme il l'avait suggéré après sa victoire contre Koepfer, le rapport bénéfice-risque ne penchait pas en faveur de son maintien dans le tableau de Roland-Garros. "Pourquoi prendre un risque que je ne suis pas obligé de prendre ? Il faut que je me le rappelle : pourquoi suis-je ici ? Quel est l'objectif de la saison ? Ce n'est pas le titre à Roland-Garros", avait-il dit.

Direction Halle dans huit jours

Avec ces trois matches et ces 11 sets disputés en l'espace de six jours, Federer a recueilli suffisamment d'informations pour la suite. Et il s'est remis dans le rythme. Au-delà, il a jugé qu'il risquait la blessure. "Pour être performant à Wimbledon, je vais avoir besoin de jouer. Et où est-ce qu'on joue avant le gazon ? Sur terre battue". Voilà ce qu'il avait dit au début du printemps, lorsqu'il avait été interrogé sur son intention de jouer sur terre et notamment à Roland-Garros. Mais il a toujours envisagé le rendez-vous de la porte d'Auteuil seulement comme une étape, même importante, pour la suite.
Le décalage du Grand Chelem parisien d'une semaine a sans doute fini de le convaincre. En démarrant une semaine plus tard, Roland-Garros a réduit le temps de récupération pour tous ceux qui iront loin à Paris. Et Roger Federer est sans doute allé plus loin qu'il ne l'avait imaginé. "Jamais je n'aurais imaginé gagner trois matches ici", a-t-il admis samedi. Ces victoires ont eu beaucoup de vertus. Mais elle ont généré ce qui, à ses yeux, était devenu un risque. On le retrouvera à Halle, dans un de ses tournois fétiches, dans huit jours.

Roger Federer.

Crédit: Getty Images

Roland-Garros
Mauresmo : "A ce stade, les joueurs russes et biélorusses seront acceptés à Roland-Garros"
16/03/2022 À 17:36
Roland-Garros
Djokovic et les joueurs russes "pour l'instant" bienvenus à Roland-Garros
16/03/2022 À 13:17