Chaque année depuis que son règne a débuté à Roland-Garros en 2005, la question est la même : Rafael Nadal sera-t-il battu ? Et la réponse est résumée par un chiffre fou : 13. Lors des 16 dernières éditions, la Coupe des Mousquetaires n'a donc échappé que trois petites fois (2009, 2015 et 2016) au "Taureau de Manacor", quadruple tenant du titre. Une fois n'est pas coutume, ce ne sont pas que les observateurs du jeu qui se sont aventurés à faire des pronostics cette année, un acteur s'y est aussi risqué : Daniil Medvedev.
Lors du "media day" vendredi, le Russe, malgré ses quatre éliminations précédentes dès le 1er tour à Paris, est apparu plutôt optimiste quant à ses propres perspectives pour une raison simple : les conditions de jeu. Et elles pourraient selon lui compliquer la tâche de l'ogre de l'ocre. "Je pense que cette année, avec les balles qu'il y a, avec le temps qu'il fait - et j'ai entendu que cela va être au moins une semaine, peut-être deux semaines comme ça - , je dirais que ça va être plus dur pour Rafa de gagner ce Roland-Garros", a-t-il affirmé.
Roland-Garros
Avant de se projeter, Medvedev veut déjà vaincre le signe indien
28/05/2021 À 21:44

Jeu en contre, temps passé : Pourquoi Medvedev n'y arrive pas sur terre battue

Quel que soit le temps, Nadal a toujours trouvé des solutions à Roland

Etonné par la qualité de son premier entraînement à Roland, Medvedev a étayé son propos en expliquant avoir la sensation de pouvoir jouer comme sur dur, alors que l'on connaît son aversion pour la terre battue. Néanmoins, quelles que soient les conditions climatiques, Nadal a prouvé par le passé qu'il s'adaptait à tout dans son jardin parisien. L'automne dernier, le froid et l'humidité avaient rendu les balles plus lourdes et moins sensibles à son lift. Certains avaient d'ailleurs vu en Novak Djokovic le favori de la finale. Résulat : le Majorquin avait gagné son 13e titre du côté de la Porte d'Auteuil sans perdre le moindre set.
Si le temps est plus sec et les conditions accélérées, Nadal pourrait être moins efficace en défense, mais son coup droit lasso lifté, lui, devrait faire plus de dégâts. Et vu que le Majorquin est désormais plus agressif dans son jeu, pas sûr du tout qu'il en soit gêné. D'ailleurs Medvedev s'est empressé de nuancer son propos. "Après, c'est un champion, il est tellement fort, surtout sur terre. Si c'est plus dur, ça ne veut pas dire qu'il ne va pas le faire. Gagner 13 fois, c'est énorme. Chaque année, tout le monde dit : 'Ok, cette année, on essaye de faire mieux.' Après, bim, tu prends des roues (de bicyclette : des 6-0 dans le jargon tennistique, NDLR), et tu vas à la maison."
Ce n'est pas un hasard si Nadal a désormais une statue à son effigie sur le site de Roland-Garros. Quel que soit le temps, rien ne lui résiste. Plus sûrement, le tirage au sort qui l'a placé dans la même partie de tableau que Novak Djokovic pourrait affecter son parcours. Et encore, avec l'animal, rien n'est moins sûr.

Rafael Nadal et son "double"

Crédit: Eurosport

Roland-Garros
Même Nadal et Tsitsipas n'ont pas tenu : Comment Djokovic a tué physiquement la concurrence
15/06/2021 À 14:11
Roland-Garros
"Voir des Français avec un an d'avance en finale junior de Roland, c'est très bon signe"
15/06/2021 À 14:10