Reuters

Nadal, la force de l'habitude

Nadal, la force de l'habitude
Par Eurosport

Le 19/05/2012 à 18:29Mis à jour Le 20/05/2012 à 00:03

Rafael Nadal s'est qualifié pour sa 7e finale du Masters 1000 de Rome. Le N.3 mondial espagnol a dominé pour la 4e fois de suite sur terre battue David Ferrer, qui n'a pourtant pas démérité (7-6, 6-0). En lice pour un sixième titre à Rome, le Majorquin affrontera Novak Djokovic, comme l'an passé.

Rafael Nadal en finale du Masters 1000 de Rome, c'est un fait acquis depuis 2005. Seule l'édition 2008 a été l'exception qui a confirmé la règle, le Majorquin au bout du rouleau ayant été battu par Juan Carlos Ferrero au 2e tour. 2012 marque ainsi la présence du sextuple vainqueur de Roland-Garros pour la septième fois dans la capitale romaine. Et ce n'est pas David Ferrer qui a pu l'en empêcher. Dimanche vers 16h, il tentera de remporter son 6e sacre dans le Foro Italico - où seul Novak Djokovic l'a dominé en finale l'an passé - soit face au Serbe pour une revanche, soit face à Roger Federer qui ne s'est jamais imposé ici-même.

Pourtant, le sixième joueur mondial a tout tenté face à lui. Mais son manque de réussite lui a encore joué un mauvais tour. Face à lui, Rafael Nadal a plus qu'un ascendant psychologique. Même bousculé par le Valencian qui a eu dix balles de break dans sa raquette (pour une seule convertie), le Majorquin n'a jamais eu à s'inquiéter. Son adversaire a été usé par 1h25 de jeu dans le premier set où les occasions manquées se sont succédé. Ferrer n'a pas réussi à convertir ses sept premières balles de break lors du deuxième jeu du match qui a duré 18 minutes. S'il y est tout de même parvenu deux jeux plus tard, c'est pour mieux voir son adversaire revenir à sa hauteur quelques minutes plus tard. C'est finalement au bout d'un jeu décisif que le coup fatal a été donné, le Majorquin remportant celui-ci 8 points à 6.

Comme craint pour le spectacle, le second set n'a été qu'une formalité pour Nadal qui a tranquillement filé vers une onzième victoire sur les douze dernières rencontres face à son compatriote. Dernier chiffre à retenir : le N.3 mondial, toujours en lice pour redevenir N.2 avant Roland-Garros en cas de victoire dimanche, a remporté sa 39e demi-finale de suite sur terre battue. Carlos Moya est le dernier à l'avoir battu aux portes d'une finale. C'était à Umag en 2003.

0
0