Ce n'est pas sa passion. Juste un métier. Et elle n'y prend pas de plaisir particulier. Ou si peu... Tout juste de retour après quelques mois consacrés à se reposer, Serena Williams a signé une sortie qui va faire jaser dans le petit monde de la balle jaune. Elle ne s’est pas illustrée sur les courts où elle s’est débarrassée sans trembler de la Sud-Africaine Chanelle Scheepers 6-2, 6-3 au 1er tour du tournoi de Brisbane. Mais en conférence de presse, l'Américaine s'est livrée sur son désamour pour son métier et l'activité sportive en général. "Je n'ai jamais aimé faire du sport et je n'ai jamais compris comment je suis devenue une athlète", a-t-elle reconnu.
Actuellement numéro 12 au classement WTA, l'ancienne N.1 mondiale laisse planer un doute avec ces déclarations sur son avenir et son désir de retrouver les sommets. Elle compte d'ailleurs déjà se prendre quelques mois pour souffler cette saison et s'aérer l'esprit. "Je veux juste pouvoir faire d'autres choses qui me plaisent et m'épanouir là-dedans. Je pense que ça m'aide à garder ma motivation", a-t-elle expliqué pour justifier son choix. "Je n'aime pas m'entraîner, je n'aime pas le travail physique. Si c'est une activité qui demande à être assise ou qui inclut du shopping, je suis en revanche excellente."
"Je n'ai pas un amour fou du tennis en ce moment"
Roland-Garros
Djokovic, Nadal, Alcaraz, Tsitsipas et Zverev : 5 favoris passés au crible
IL Y A UNE HEURE
Excellente, elle l'est pourtant aussi sur les courts. Si sa carrière a été marquée par des absences liées à des blessures, Serena Williamsa régné sur le circuit quand elle était en forme. En quatorze saisons, elle a ainsi remporté 13 Grand Chelem. Son palmarès est digne des plus grandes avec 39 titres en simple et 20 en double. Mais cette championne d'exception, qui a assouvi les rêves tennistiques de son père, connaît quelques problèmes de motivation et n’a pas vraiment le moral. Au début de l'année dernière, l'Américaine, marquée par l'assassinat de sa soeur Yetunde en 2003, avait déjà fait part de son spleen. "Je vis dans un monde de rêves. C'est un conte de fée. Mais un conte de Hans Christian Andersen. Cela ne se finit pas bien", avait-elle posté sur son compte Twitter. Le tennis semblait alors très loin de son esprit. La donne ne semble pas avoir changé. "Je n'ai pas un amour fou du tennis en ce moment mais je suis là", a-t-elle encore révélé lundi.
Amatrice de mode, de stylisme ou encore de shopping, Serena Williams, qui s'engage aussi dans l'humanitaire, s'est toujours fait remarquer par son goût pour les activités extra-sportives. La saison dernière, elle n'avait disputé que six tournois en trois mois de compétition après une blessure au pied qui l'avait éloignée des terrains pendant cinq mois au début de l'année. Pendant ces trois mois, elle avait toutefois eu le temps de remporter deux titres et d'atteindre la finale de l'US Open fin août. Mais voilà à 30 ans, elle rêve d’accorder plus d'importance à ses vraies passions et laisser la petite balle jaune de côté un peu plus souvent. Ce n'est pas ses adversaires qui s'en plaindront.
Roland-Garros
"Le favori, c'est Novak" : En un mois, Djokovic est revenu au centre du jeu
IL Y A UNE HEURE
ATP Genève
Ruud titré et gonflé à bloc avant d'affronter Tsonga à Roland
IL Y A 4 HEURES