Moribond après sa défaite à l'Open d'Australie, Andy Murray termine la saison 2011 sur les chapeaux de roue. Avec sa victoire à Tokyo, l'Ecossais a gagné son 21e match sur les 22 derniers, Coupe Davis comprise. A l'heure de défendre son titre à Shanghai, le N.4 mondial a fait ses comptes et se permet de rêver tout haut. S'il s'impose en Chine, il pourrait doubler Roger Federer au classement ATP. Ce serait un événement pour lui qui n'a jamais été mieux classé que le Suisse tout au long de sa carrière. "En jouant le tournoi d'Asie en entier, j'ai une chance de gagner une place au classement. C'est vraiment quelque chose que j'ai envie de faire en fin de saison", a déclaré Murray qui a remporté quatre titres cette saison, dont deux de suite en Asie.
L'Ecossais est déjà monté sur le podium de l'ATP. Il a été même le premier Britannique à le faire en mai 2009, avant que Rafael Nadal ne perde ses titres à Roland-Garros et Wimbledon, propulsant le retour au premier plan de Roger Federer et permettant même à Murray de grimper à la 2e place mondiale durant trois semaines au mois d'août. Si l'irrésistible ascension de Novak Djokovic au top du classement a toutefois fait reculer sa progression, Andy sent que son heure est peut-être en train d'arriver. Et ce, en partie en raison de l'absence du Serbe et du Suisse lors de la tournée asiatique. Federer a pris le parti de zapper le Masters 1000 de Shanghai pour prendre du repos et panser des blessures diverses, ce qui lui coûtera la bagatelle de 600 points au classement technique. Placé à 555 unités devant l'Ecossais, ce dernier passera donc devant l'ex-N.1 s'il ne perd pas le bénéfice des points de son titre gagné l'an passé lors de ce tournoi.

Andy Murray, Roger Federer

Crédit: AFP

Masters Shanghai
Tsonga le bec dans l'eau
12/10/2011 À 08:50
"J'écoute plus mon corps"
Dans une excellente dynamique malgré un calendrier chargé qu'il ne cesse de dénoncer depuis cet été, Murray vise tout de même un huitième titre en Masters 1000 avec gourmandise. Sa dernière défaite remonte à la demi-finale de l'US Open face à Rafael Nadal (7-5, 2-6, 2-6, 4-6) et sa dernière déconvenue au 2e tour du Masters du Canada face au Sud-Africain Kevin Anderson (3-6, 1-6). C'est même son seul trou d'air sur les cinq derniers mois de compétition, même si le Néerlandais Robin Haase a failli lui faire mordre la poussière à New York dans un match joué en cinq manches au 2e tour de Flushing Meadows. Sa démonstration en finale de Tokyo face à Rafael Nadal (3-6, 6-2, 6-0) montre que l'Ecossais a toujours sa place en haut de la hiérarchie ATP et que ses déboires de début de saison, alimentés par une défaite traumatisante en finale de l'Open d'Australie face à Novak Djokovic, sont bien derrière lui.
"Après l'US Open, je me suis posé et me suis fixé quelques objectifs à court et moyen termes. Ça me donne un peu de motivation supplémentaire pour les derniers tournois de la saison. Je n'ai pas moins joué que l'année précédente, mais je ne pensais pas gagner autant. Mais je me sens mieux. Je travaille de façon plus professionnelle", assure le nouveau protégé de Roger Rasheed depuis le mois de juillet. "J'écoute plus mon corps, je fais plus de pauses et cela me réussit beaucoup." Sa tournée en Asie lui donne raison pour l'instant. Après deux titres gagnés à Bangkok et Tokyo, le voici en quarts de finale à Shanghai après avoir battu Stanislas Wawrinka (6-4, 3-6, 6-3), enchaînant sa douzième victoire sur le circuit, après avoir profité du forfait de Dmitry Tursunov pour son match de rentrée. Et avec l'élimination de Rafael Nadal au 3e tour, Murray a toutes les raisons de regarder vers le haut du tableau avec confiance.
Masters Shanghai
Nadal: son mental en question
12/10/2011 À 06:13
ATP Tokyo
Murray, le vingtième rugissant
09/10/2011 À 07:52