AFP

Djokovic prolonge son état de grâce

Djokovic prolonge son état de grâce
Par Eurosport

Le 03/04/2011 à 11:34Mis à jour Le 04/04/2011 à 00:11

Novak Djokovic a remporté sa 24e victoire consécutive de la saison en finale de Miami face à Rafael Nadal (4-6, 6-3, 7-6). Il vient également de rentrer dans l'histoire : seuls Sampras (1994), Agassi (2001) et Federer (2006) avaient remporté l'Open d'Australie, Indian Wells et Miami la même année.

Pete Sampras (1994), Andre Agassi (2001) et Roger Federer (2006) ont connu ce genre de sensations : gagner les trois premiers tournois majeurs de l'année : l'Open d'Australie, Indian Wells et Miami. Novak Djokovic peut s'enorgueillir d'appartenir à cette lignée de joueurs exceptionnels. Mais ce Serbe, qui n'a pas encore 24 ans, aime aussi faire les choses à sa manière...

A Miami, où il avait déjà décroché le titre en 2007, il a réussi un des plus beaux matches de sa carrière en accumulant une 24e victoire cette saison, soit 26 de suite depuis les demi-finales de la Masters Cup à Londres. Comme à Indian Wells, où il avait perdu le premier set avant de dominer un Nadal déboussolé (4-6, 6-3, 6-2), il a perdu la première manche avant de prendre progressivement le contrôle de la partie. Cette fois-ci Nadal n'a pas décroché, mais il n'a pu rester à l'altitude du Serbe lors du jeu décisif de la troisième manche.

Djokovic a raté son début de match

Eurosport

A Indian Wells, Djokovic avait fléchi au milieu de la première manche. Ce dimanche en Floride, il a totalement raté son début de match. Breaké deux fois, perplexe, le sourire de l'incompréhension sur le visage, il a mis cinq jeux (de 1-0 à 1-5) pour gérer la variable vent et répondre au tennis agressif du N.1. Il a repris un service mais pas deux et a perdu logiquement le set. Dès la deuxième manche, un autre match a débuté.

A Indian Wells, Nadal avait totalement perdu ses repères, notamment en première balle. Il n'a pas commis la même erreur cette fois-ci, serrant le jeu sur son engagement. Au début du premier set, la pression a été phénoménale. Djokovic joue enfin libéré et Nadal veut entrer dans le court. Cela donne quelques moments rares de tennis complet (luttes de fond de court interminables et pourtant intenses, conclues au filet) et cela a surtout remis le Serbe dans le rythme. Avec un break d'avance, il égalise.

Nadal et la double faute fatale

Nadal a serré le jeu tant qu'il a pu. Il a mis Djokovic dans le rouge tout au long du troisième set, mais le Serbe sait désormais recadrer le cours du jeu. C'est lui qui a imprimé le plus son intention dans les échanges. Au 11e jeu, il a aussi su sortir des services appliqués pour écarter le danger.

AFP

Djokovic a le triomphe humble : "C'est incroyable de gagner ce titre contre le N.1 mondial au tie-break de la troisième manche. Jusqu'au dernier point, je n'ai eu aucune idée de l'issue de ce match. C'est l'une des meilleures finales que j'ai jouées dans ma vie" et Nadal rumine ses trois finales perdues à Miami (2005, 2008, 2011). Ce match est pourtant une promesse formidable pour la suite de la saison et surtout la saison sur terre battue qui va débuter... Souvenez-vous de la demi-finale du Masters 1000 de Madrid en 2009... Oui, ces deux-là peuvent aller encore plus haut !

. A Monte-Carlo, Djokovic pourrait dépasser Ivan Lendl au nombre de victoires consécutives (25 en 1986), John McEnroe étant détenteur du record avec 39 victoires de suite en 1984.
. Le Serbe sera par ailleurs lundi à 3170 points de l'Espagnol qui aura 5000 points à défendre au classement ATP, sur terre battue.
. Face à Face : 16/9 pour Nadal
. Avant ce match, Nadal avait gagné 5 jeux décisifs sur 6 face à Djokovic

0
0