Suspendue provisoirement depuis le 7 janvier pour dopage, après que de la mesterolone, un stéroïde anabolisant, a été détectée dans ses urines, Dayana Yastremska est loin d'en avoir terminé avec ce dossier complexe. Selon le quotidien Der Spiegel qui a enquêté sur le sujet, la joueuse ukrainienne a notamment plaidé la transmission du produit par son ex-petit ami lors de rapports sexuels.
Le journal allemand, qui indique que l'information a été confirmée par de multiples sources, dévoile que la défense de Yastremska a expliqué que son ex-compagnon avait pris ce produit pour pallier une impuissance sexuelle (la substance est recommandée dans le traitement d'un déficit en testostérone) en janvier. Mais les appels de la joueuse ukrainienne ont été rejetés par la Fédération internationale de tennis (ITF) et le Tribunal arbitral du sport (TAS).
ATP Cincinnati, OH
Murray et Korda invités à Cincinnati
IL Y A 29 MINUTES
Autre problème de taille pour Yastremska, l'ex-petit ami en question a depuis affirmé sur les réseaux sociaux que le père de la joueuse lui avait demandé de prendre la responsabilité de ce contrôle positif et lui avait même proposé de l'argent pour le faire. En d'autres termes, il aurait donc servi de couverture au dopage de l'Ukrainienne. Si le témoignage s'avère crédible, ce dont doute la fédération ukrainienne, Yastremska risque gros. La balle est dans le camp de l'ITF dans ce dossier.
WTA Canada
Pluie de forfaits à Montréal : Osaka, Kenin et Swiatek se retirent
IL Y A 37 MINUTES
Winners Open
Tête de série numéro 1, Alizé Cornet subit la loi de Sherif et se fait sortir dès le premier tour
IL Y A 8 HEURES