Panoramic

Vainqueur de Young, Wawrinka reste fidèle au rendez-vous des quarts de finale

Wawrinka, encore fidèle au rendez-vous

Le 07/09/2015 à 21:45Mis à jour Le 08/09/2015 à 01:12

US OPEN 2015 - Comme ces deux dernières saisons, Stanislas Wawrinka sera au rendez-vous des quarts de finale. Donald Young n'a pas pu l'en empêcher, lundi à New York (6-4, 1-6, 6-3, 6-4)

Eurosport Player:

Voir sur Eurosport

Stan Wawrinka a tenu son rang. Le Suisse s'est qualifié pour les quarts de finale de l'US Open, lundi, après un succès en quatre manches face à Donald Young en huitièmes (6-3, 1-6, 6-3, 6-4). Face à l'Américain, venu de nulle part après avoir remonté un handicap de deux sets lors des 1er et 3e tours, Wawrinka a été solide, à défaut d'être extraordinaire. Au prochain tour, il affrontera le vainqueur de la rencontre entre Andy Murray et Kevin Anderson.

Déjà quart de finaliste ces deux dernières années à New-York, le Vaudois fait preuve de régularité. Cette qualification dans le top 8 lui permet d'entrer dans le cercle fermé des joueurs à avoir atteint les quarts des quatre tournois du Grand Chelem cette année. Dans ce cercle, il y a peu de monde, un seul joueur pour le moment : Novak Djokovic. Et potentiellement Andy Murray, si le Britannique élimine Kevin Anderson. Dans tous les cas, l'année de l'Helvète, vainqueur à Roland-Garros en juin dernier, a été une réussite dans les tournois majeurs.

Un Wawrinka réglé sur courant alternatif

Annoncé blessé à l'épaule droite, et amoindri, par la presse suisse, le cinquième joueur mondial a tenu la baraque sur le Stadium Arthur-Ashe face à l'ex-grand espoir du tennis américain. Tout ne s'est pourtant pas déroulé à la perfection. Encore réglé sur courant alternatif, le Suisse a alterné le bon et parfois le franchement mauvais. Face à l'imprévisible gaucher US, aussi irrégulier que talentueux, il fallait d'ailleurs plus assurer le coup que trop vouloir en faire.

Plus puissant, et porté par un coup fort derrière sa 1re balle (81% de points gagnés), c'est lui qui a fait la pluie et le beau temps dans ce huitième de finale. Avec 52 coups gagnants et 48 fautes directes, il a rendu une copie perfectible. Mais avec une volonté constante d'avancer dans le court, et d'aller au filet, il a choisi le bon plan tactique (20 montées gagnantes sur 31). De son côté, Young n'a pas grand-chose à regretter de cette rencontre. Motivé comme jamais, Young a fait son boulot et plutôt bien: embêter au maximum son adversaire.

Souvent dans le court, jamais prompt à donner la même balle, le joueur de Chicago a fait ce qu'il a pu avec ses armes. Vainqueur du deuxième set (6-1), en profitant de la disparition totale de son adversaire, qui a commis 28 fautes directes lors des deux premières manches, le joueur de Chicago a encore montré qu'il avait du répondant. Logiquement battu, il a laissé le flambeau de dernier représentant américain, dans le tableau messieurs, à John Isner, qui affrontera Roger Federer lors de la night session. Etats-Unis-Suisse: c'est aussi le leitmotiv de cette journée du lundi à New-York.

0
0