AFP

Lucas Pouille s'offre une victoire de légende face à Rafael Nadal en huitième de finale

Pouille s'offre une victoire de légende

Le 05/09/2016 à 01:15Mis à jour Le 05/09/2016 à 16:23

US OPEN 2016 - Monumental exploit de Lucas Pouille. Le jeune Français a vaincu Rafael Nadal en cinq sets (6-1, 2-6, 6-4, 3-6, 7-6) en 4h07 de jeu, à l'issue d'un combat absolument extraordinaire en huitième de finale. Il affrontera Gaël Monfils pour une place en demi-finale. Enorme !

Eurosport Player:

Voir sur Eurosport

Monumental, exceptionnel, magique. Sortez tous les adjectifs que vous voulez, Lucas Pouille a gagné un match qui fera date... en dominant Rafael Nadal en huitième de finale de l’US Open, dimanche soir. Le Français pensait avoir fait fort en atteignant les quarts de finale de Wimbledon. Il a fait bien mieux en ralliant ceux de Flushing Meadows après un exploit sans pareil à son échelle. Au prix d’un nouveau combat remporté en cinq sets, le troisième en trois matches de rang, le Français a éliminé le Majorquin après quatre heures de jeu dantesques (6-1, 2-6, 6-4, 3-6, 7-6).

Un résultat à peine croyable pour ce jeune joueur de 22 ans, qui prive encore une fois le champion espagnol d’un quart de finale en Grand Chelem qui lui échappe depuis Roland-Garros 2015. Après Tsonga et Monfils, Pouille est donc le troisième Tricolore invité en quart de finale de la dernière levée du Grand Chelem. Si on lui avait dit cela en début de quinzaine, lui-même ne l’aurait sans doute pas cru. Et pourtant, c’est bien lui qui fera face à Gaël Monfils pour une place dans le dernier carré de Flushing Meadows. Ce qui veut dire qu'un Français est assuré d'être en demi-finale. Là encore, il faut presque se pincer pour y croire.

Vidéo - Pouille - Nadal : les temps forts d'un incroyable 5e set

02:31

Pouille a survécu à un break de retard dans le 5e set et 3 balles de match gâchées

Assis sur sa chaise quelques minutes après son exploit XXL, le Nordiste peinait à croire ce qu’il est en train de vivre. Avant lui, seul Jo-Wilfried Tsonga avait battu Rafael Nadal dans un tournoi du Grand Chelem. C’était en 2008 dans une demi-finale de l’Open d’Australie qui est restée dans les annales. De par sa décontraction et sa leçon de tennis donnée ce jour-là à l'Espagnol, JWT avait bluffé son monde. Lucas Pouille a frappé fort lui aussi dimanche en remportant un match au couteau. Baladé au premier set (6-1) et dépassé au troisième (6-4), Nadal, en grand champion qu’il est, a emmené son adversaire au bout des cinq sets. Puis c'est lui qui a pris les devants en breakant le premier dans l'ultime manche, avant que Pouille ne recolle à son tour au score à 4-3 dans le huitième jeu.

Tenir tête à Nadal de la sorte était déjà un exploit en lui-même. Remporter la victoire au bout du tie-break est phénoménal. Son agressivité déployée tout au long de la rencontre a été payante. Il n’a jamais baissé la tête et a fait preuve d’un sang-froid sans nom dans les moments chauds. Pourtant, il a bien eu le bras qui a tremblé lorsqu’il s’est procuré ses trois premières balles de match à 6/3 dans le jeu décisif. Trois occasions en or qu’il a laissé passer, ou plutôt que Nadal a superbement défendu... avant que l'Espagnol lui-même ne lui en donne une quatrième d’une faute directe qui lui a fait très mal.

Un signe du destin ? Surtout une chance inouie, qu’il n’a cette fois-ci pas gâchée. Au prix d’un dernier échange énorme, le Français a sorti une dernière accélération en coup droit qui a envoyé la balle sur la ligne de fond de court adverse, loin de Nadal. Et qui a envoyé Pouille au paradis, loin de tout ce qu’il avait pu imaginer. Il s'est offert le plus beau succès de sa carrière naissante. Et par de là même, un bon vent frais sur le tennis français qui avait besoin de cela dans ces temps très lourds. Reste à savoir où il s'arrêtera. Nadal, lui, se sera arrêté avant les quarts de finale des quatre tournois de Grand Chelem cette saison... une première depuis 2004, l'année de ses débuts.

Vidéo - Et sur son 59e coup gagnant, Pouille a terrassé Nadal : la balle de match en vidéo

00:36
0
0