Elle ne l’avait jamais battue en Grand Chelem, c’est désormais chose faite. A sa 11e tentative, Victoria Azarenka a enfin pris le meilleur sur Serena Williams jeudi, au terme d’un "choc des mamans" qui a tenu toutes ses promesses en demi-finale. La Biélorusse a d’autant plus de mérite qu’elle a surmonté un départ difficile pour finalement renverser son adversaire (1-6, 6-3, 6-3). Défaite en finale de l’US Open par l’Américaine en 2012 et 2013, elle a donc pris une sacrée revanche. Mais pour aller chercher son 3e titre du Grand Chelem après les éditions 2012 et 2013 de l’Open d’Australie, il lui faudra surpasser Naomi Osaka, tombeuse de Jennifer Brady, (7-6, 3-6, 6-3) plus tôt dans la nuit.

Ses démons ont failli la rattraper, mais elle a formidablement bien réagi. Comme beaucoup de ses collègues sur le circuit WTA, Victoria Azarenka a subi la loi de Serena Williams pendant la majeure partie de sa carrière. Avant cette demi-finale, elle avait ainsi perdu 18 de leurs 22 précédents duels. Et face à la légende américaine, elle a d'abord semblé quelque peu paralysée, avant de se libérer totalement et de faire respecter une certaine logique dans ce tournoi. Car depuis qu'elle est à Flushing Meadows, la Biélorusse, irrésistible, a retrouvé toutes les qualités qui ont fait d'elle une numéro 1 mondiale.

WTA Rome
6-0, 6-0 : Azarenka a pulvérisé Kenin
HIER À 18:39

Le choc a tenu toutes ses promesses : comment Azarenka a renversé Serena

De machine grippée à rouleau compresseur

Sûrement tendue à l’idée de retrouver une telle occasion, le dernier carré d’un tournoi du Grand Chelem, pour la première fois depuis 7 ans, Azarenka a d’abord déjoué. Avec seulement 52 % de premières balles et 4 doubles fautes dans le premier set, elle s’est rapidement retrouvée ménée 4-0 et a concédé trois fois son service pour laisser son adversaire prendre les devants. Serena ne s’est pas privée de saisir ses opportunités pour virer en tête après 34 minutes de jeu.

Et l’affaire aurait peut-être été pliée en deux manches, si la tête de série numéro 3 avait converti une balle de break d’entrée de deuxième acte. Qui sait ? Mais Ararenka a montré alors beaucoup de caractère et, surtout, qu’elle avait retrouvé toute sa confiance. A 2 partout, elle a pris le service adverse pour la première fois de la partie sur un revers croisé gagnant. Puis, un nouveau break dans le 9e jeu lui a permis de revenir à hauteur, un set partout. La partie a alors changé d'âme. En pleine confiance, Azarenka, qui restait sur 11 victoires avant ce match (en comptant sa victoire par forfait d'Osaka en finale "à" Cincinnati), a continué d'appuyer sur l'accélérateur.

Tant et si bien que, sous pression, Serena s'est blessée à la cheville gauche alors qu'elle faisait face à une balle de break d'entrée de 3e set. Après un temps mort médical, l'Américaine a logiquement cédé son service et n'a jamais pu refaire son retard. La Biélorusse a, elle, varié intelligemment les trajectoires, usant de balles longues bombées au centre pour ne pas donner d'angle à son adversaire. Sur un dernier ace extérieur, elle pouvait lever les bras après confirmation du Hawk-eye. Comme lors du Premier 5 de Cincinnati délocalisé à Flushing, ce sera donc Azarenka-Osaka en finale. Mais espérons cette fois que l'affiche ait réellement lieu et achève en beauté cet US Open si particulier.

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/0x0/filters:format(jpeg):focal(1896x306:1898x304)/origin-imgresizer.eurosport.com/2020/09/11/2884316.jpg
US Open
Osaka redevient reine
12/09/2020 À 22:11
US Open
Cette fois, la lutte finale aura bien lieu et elle promet
12/09/2020 À 19:39