Reuters

ATP Vina del Mar : Horacio Zeballos contrarie le retour de Rafael Nadal

Zeballos contrarie le retour de Nadal
Par Eurosport

Le 11/02/2013 à 01:04Mis à jour Le 11/02/2013 à 11:19

Rafael Nadal n'a pas ouvert son compteur dès sa première participation dans un tournoi ATP en 2013. Dimanche à Vina del Mar, le Majorquin a été battu par Horacio Zeballos (6-7, 7-6, 6-4), vaillant Argentin 73e mondial qui soulève son premier trophée ATP en carrière.

"Je dois perdre ici, c'est normal." En joueur modeste qu'il est, Rafael Nadal ne s'annonçait pas en vainqueur au Chili. Après sept mois d'absence sur le circuit, il préférait être prudent, même en revenant sur une surface où il a gagné ses lettres de noblesse. Il a eu raison. Après une belle semaine sur la terre battue de Vina del Mar, le Majorquin a fini par succomber sous les coups de Horacio Zeballos. "Même si je n'ai pas pu gagner, le simple fait d'être là est une victoire", a-t-il déclaré. En tournée en Amérique du Sud, le cinquième mondial, également défait en compagnie de Juan Monaco en finale du double (6-2, 6-4 face à Lorenzi/Starace), reprendra sa route dès la semaine prochaine pour Sao Paulo avec un 51e titre qui l'attendra peut-être au bout de la semaine brésilienne. Pour sa part, l'Argentin décroche une victoire de prestige pour s'offrir son premier trophée ATP en carrière. Face au joueur-référence sur terre battue, même loin de son top niveau, c'est une belle première.

Du haut de son 73e rang mondial, l'Argentin a crânement joué sa chance. Avec un service très efficace, il a fait jeu égal avec Rafael Nadal pendant les 2h46 de jeu de cette finale. Assez inspiré durant l'échange, Zeballos a su varier ses coups et piéger le Majorquin dès qu'il en a eu l'occasion. Après la perte de la première manche sur un jeu décisif, le Sud-Américain a eu le mérite non seulement de prendre un set - le premier de la semaine - au Majorquin, pour le pousser dans une troisième manche où la partie a tourné sur un rien. Mais également de refaire son retard dans le dernier acte en prenant la mise en jeu de son adversaire pour la première fois du match. Nullement impressionné par "l'Ogre de l'ocre", l'Argentin s'est même payé le luxe de terminer le match sur un jeu blanc sur le service de Nadal.

Zeballos a tenu le choc

L'Espagnol avait pourtant donné le ton dans la première manche en ne perdant que sept points sur sa mise en jeu et en sauvant deux balles de break avec autorité. Après le premier set en poche, Nadal a eu l'occasion de s'envoler vers la victoire avec deux balles de break dans sa raquette qu'il n'est pas parvenu à convertir. Embarqué dans un nouveau jeu décisif, le Majorquin a cette fois-ci cédé 8 points à 6, non sans avoir écarté deux premières balles de set sur son service. Le cinquième mondial a eu de nouveau le match dans sa main avec le break en poche dès le premier jeu du troisième set. Mais c'était sans compter sur le répondant physique de Zeballos qui a tenu le choc avec brio pour contrarier le retour de son prestigieux adversaire. Et il peut être fier de sa performance : l'Argentin n'est que le troisième joueur à battre le septuple vainqueur de Roland-Garros en finale d'un tournoi sur terre battue après Roger Federer et Novak Djokovic.

0
0