AFP

Nadal ne comprend toujours pas

Nadal ne comprend toujours pas
Par Eurosport

Le 29/06/2012 à 08:53Mis à jour Le 29/06/2012 à 10:57

Éliminé au 2e tour par Lukas Rosol, 100e joueur mondial, Rafael Nadal refusait d'expliquer sa défaite en conférence de presse. "Cela sonnerait comme des excuses et je ne veux pas me donner d'excuse après un match comme celui-là", affirme l'Espagnol. Qui regrette tout de même l'interruption.

Rafael Nadal éliminé au 2e tour d'un tournoi du Grand Chelem, il fallait remonter à l'été 2005 pour voir cela. C'était déjà à Wimbledon et, sept ans plus tard, son élimination jeudi soir par le Tchèque Lukas Rosol, 100e joueur mondial, a eu l'effet d'un coup de tonnerre. Comment l'Espagnol, qui visait un douzième titre en Grand Chelem et la place de n°1 mondial au terme de la quinzaine, a pu sortir sans gloire aussi tôt ? L'intéressé lui-même ne se l'expliquait pas en conférence de presse, dans la foulée de cette hallucinante contre-performance. Ou plutôt, il refusait de s'étaler sur le sujet.

"La mauvaise chose dans tout cela, c'est que tout ce que je pourrais dire se retournera contre moi. Ce n'est donc pas le moment de dire ce qu'il s'est passé. Cela sonnerait comme des excuses et je ne veux pas me donner d'excuse après un match comme celui-là", avançait-il devant les journalistes. Fair play, le n°2 mondial ? Ou simplement soucieux de son image ? Peut-être n'a-t-il pas compris non plus ce qui lui était arrivé sur le Court central. "Peu de choses sont allées dans mon sens", commentait-il.

L'interruption ne l'a " pas aidé du tout "

AFP

"C'est sûr que prendre la décision de mettre le toit n'a pas été la meilleure pour moi, glissait-il dans un sourire peu naturel. Cette interruption ne m'a pas aidé du tout. Mais c'est comme ça, je dois l'accepter. Je dois accepter aussi le fait qu'il est bien revenu et a joué de manière vraiment incroyable dans le cinquième set." Plein de tics, abasourdi devant les micros et l'air faussement détendu, Rafael Nadal devait encore ruminer le 95% de points gagnés par Lukas Rosol sur ses premières balles au cours de cette dernière manche. "Tout s'est bien goupillé pour lui." Une évidence.

Et maintenant ? "Tout ce que je peux faire maintenant, c'est rentrer à la maison et me reposer, poursuit le Majorquin. J'en ai besoin... et je le mérite!" L'été est encore loin d'être terminé pour le nouveau n°3 mondial, Roger Federer lui ayant déjà chipé son rang au classement ATP. Si son aventure à Wimbledon a tourné court, il sera de retour sur le gazon londonien aux JO. L'Espagnol est vexé. Son douzième titre du Grand Chelem et la place de n°1 mondial ne sont pas pour maintenant. Mais il cultive encore la perspective d'être le premier joueur de l'histoire à remporter deux fois le tournoi en simple des Jeux Olympiques.

0
0