Reuters

Serena sans rivale ?

Serena sans rivale ?
Par Eurosport

Le 06/07/2012 à 18:20Mis à jour Le 06/07/2012 à 19:07

Serena Williams se dirige tout droit vers un cinquième titre à Wimbledon. L'Américaine, qui jouera sa septième finale à Londres, aura une novice face à elle : Agnieszka Radwanska. La Polonaise aura de quoi de motiver : en plus du titre, elle visera la première place mondiale en cas de succès.

Depuis 2000, il n'y a eu que deux finales à Wimbledon sans une soeur Williams : 2006 et 2011. Cette saison ne sera donc pas une exception à la règle. Serena perpétue donc la tradition de leur présence en jouant une septième finale à Londres pour décrocher un cinquième sacre, comme sa soeur Venus. Face à cette "institution", se dresse Agnieszka Radwanska, qui se hisse à ce stade de la compétition pour la première fois en Grand Chelem. Mais auprès de l'Américaine, Radwanska fait figure de poids plume, aussi bien sur le plan physique que sur celui du palmarès.

Serena Williams, c'est, à 30 ans, 13 titres du Grand Chelem, dont quatre Wimbledon (2002, 2003, 2009, 2010). Elle disputera sa 18e finale en Grand Chelem, où elle affirme un peu plus la domination écrasante de la maison Williams. A 23 ans, Radwanska n'avait jusque-là jamais dépassé les quarts de finale en Grand Chelem. La Polonaise doit sa place de N.3 mondiale à ses succès dans des tournois secondaires (Dubaï, Miami et Bruxelles cette année). En cas de succès, elle deviendrait pourtant la nouvelle N.1 mondiale. Elle serait la quatrième joueuse cette année, après Caroline Wozniacki, Victoria Azarenka et Maria Sharapova, à occuper cette position. Si elle s'incline, Azarenka la reprendra à Sharapova. Mais la véritable patronne du circuit, quand elle se consacre comme en ce moment pleinement au tennis, reste Serena.

La première place mondiale en jeu

Eliminée en huitième de finale à l'Open d'Australie, l'Américaine a subi un échec retentissant au 1er tour à Roland-Garros. Depuis, elle s'est remise au travail avec acharnement, prenant des conseils auprès de l'entraîneur français Patrick Mouratoglou. Après un début de tournoi mitigé, elle est montée en puissance, en sortant la tenante du titre Petra Kvitova en quart. En demi-finale, elle a assommé Azarenka (6-3, 7-6) à coups d'aces, 24 au total, un record à Wimbledon. Elle reste cependant prudente. "C'est la finale de Wimbledon. Radwanska joue bien. Elle a été plus constante que moi cette année, a-t-elle rappelé. Elle a une bonne main et fait tout bien. Si je ne suis pas à fond, je ne gagnerai pas".

Sur le plan de la puissance, la frêle Radwanska (1,72 m, 56 kg) ne joue pas dans la même catégorie que Serena (1,75 m, 70 kg). La Polonaise a marqué moins d'aces depuis le début du tournoi (14) que l'Américaine dans le seul second set de sa demi-finale (16, et 85 depuis le début de la quinzaine). Elle compense par son intelligence et sa variété de coups. Les deux joueuses ne se sont plus rencontrées depuis 2008, Serena s'étant imposée facilement deux fois. "Je n'ai vraiment rien à perdre, je vais faire de mon mieux", a promis Radwanska qui, enrhumée, a dû annuler une conférence de presse vendredi. Du côté de Serena, tout va bien : l'Américaine s'est également qualifiée pour la finale du double dames avec sa soeur Venus. Là aussi, elles viseront une cinquiième titre ensemble à Londres et un troisième doublé pour Serena, vainqueur en simple et en double en 2002 et 2009.

0
0