Unis contre Federer

Un royaume uni derrière Murray
Par Eurosport

Le 07/07/2012 à 18:40Mis à jour Le 08/07/2012 à 00:45

Tout le Royaume-Uni sera derrière Andy Murray pour qu'il devienne le premier Britannique de l'ère Open à remporter Wimbledon dimanche. L'Ecossais mène leurs confrontations par huit victoires à sept, mais a déjà perdu deux titres majeurs face à lui à l'US Open et l'Open d'Australie...

Roland-Garros paraît bien loin. Un mois à peine après le septième sacre marquant de Rafael Nadal à Paris, une nouvelle page d'Histoire va encore s'écrire sur le circuit ATP. Au-delà de la présence de Roger Federer en finale, événement à part entière désormais jusqu'à sa retraite sportive, celle d'Andy Murray est d'auant plus exceptionnelle qu'elle a lieu sur le gazon de Wimbledon. Les Français se plaignent qu'aucun Français n'ait réussi à se hisser en finale de Roland-Garros depuis Henri Leconte en 1988 ? Que dire des Britanniques qui patientent depuis 1938 et Henri Austin pour voir un Britannique en finale au All-England Club. Dimanche, les spectateurs et fins connaisseurs ne bouderont pas leur plaisir, même si, face à l'Ecossais, c'est une véritable institution qui s'opposera au premier titre d'un sujet de Sa Majesté en Grand Chelem depuis Fred Perry en 1936.

Au moment de jouer sa 24e finale de Grand Chelem, sa huitième sur le gazon anglais (que des records dans l'ère Open), Federer ne se laissera certainement pas impressionner par ce public qui l'a souvent soutenu. "Je ne suis jamais passé à côté d'une finale ici. La seule que j'ai perdue s'est finie sur le score de 9-7 au cinquième set", n'a d'ailleurs pas manqué de rappeler le champion helvète. Deux records, qui viendraient renforcer sa réputation de plus grand joueur de l'histoire, seront à portée de sa raquette: celui des victoires à Wimbledon et celui du nombre de semaines passées à la tête du classement mondial, tous deux détenus par Pete Sampras (avec 7 et 286). S'il l'emporte, le Suisse récupèrera en effet la première place à l'ATP, deux ans après l'avoir cédée à Rafael Nadal. Il deviendrait alors le deuxième N.1 le plus âgé de l'histoire, à près de 31 ans, derrière Andre Agassi.

Le drapeau écossais sorti pour l'occasion

Si la pression sera des deux côtés, celle-ci risque d'être plus forte sur les épaules de Murray. Le Suisse a perdu sept finales sur 23, mais uniquement face à deux joueurs : Rafael Nadal à six reprises et Juan Martin Del Potro à l'US Open 2009. Dix autres joueurs s'y sont cassé les dents : Djokovic, Roddick, Söderling, Gonzalez, Baghdatis, Agassi, Hewitt, Safin, Philippoussis et Murray lui-même. Cette saison, le Suisse a semblé défier le passage du temps en enlevant pas moins de quatre titres, à Rotterdam, Dubaï, Indian Wells et Madrid. Il est deuxième au nombre de matches gagnés en 2012 (45), derrière David Ferrer, qui a joué deux tournois de plus que lui. Murray, lui, n'a enlevé qu'un titre à Brisbane en tout début de saison.

A part contre Julien Benneteau au troisième tour, il a franchi sans trop forcer les étapes jusqu'à la finale, qu'il a ralliée en passant quatre heures et demie de moins sur le court que l'Ecossais. Ce dernier peut toujours s'appuyer sur son bilan positif face à Federer (8 victoires, 7 défaites), même si le Suisse a remporté leur deux dernières confrontations aux Masters en 2010 et à Dubaï cette saison. De plus, le Federer a remporté leurs deux confrontations en Grand Chelem, deux finales à l'US Open 2008 et à l'Open d'Australie 2010, là où il avait remporté son seizième et dernier titre majeur en date.

L'Ecossais a beau avoir été victime d'un mental friable, son parcours à Londres cette saison, de loin le plus ardu des membres du Top 4, peut laisser apparaître un changement notable : avec des succès sur Davydenko, Karlovic, Baghdatis, Cilic, Ferrer et Tsonga, Murray n'a pas volé sa place en finale. Sa présence sera de toute façon fêtée par un drapeau écossais hissé dimanche au mât de Downing Street, la résidence du Premier ministre, à côté de l'Union Jack... Vous avez dit pression ?

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0