Pour dominer Roger Federer vendredi, il fallait tutoyer les sommets. Si Andy Murray a été un formidable combattant, le Suisse a livré une partie exceptionnelle. Au terme d'un match maitrisé de bout en bout, le Suisse s’est qualifié pour sa 10e finale de Wimbledon en dominant le Britannique en trois sets (7-5, 7-5, 6-4) en un peu plus de deux heures de jeu. Dimanche, le numéro deux mondial retrouvera Novak Djokovic, vainqueur de Richard Gasquet en trois sets, pour une revanche de l’an passé et pour tenter de décrocher son huitième titre sur le gazon du All England Club.
Wimbledon
Gasquet a été vaillant mais ça n'a pas suffi
10/07/2015 À 14:34
Tout ancien lauréat qu'il est, Andy Murray savait que le combat allait être compliqué. Federer en demi-finale de Wimbledon, c'était neuf victoires face à neuf joueurs différents. Vendredi, l'Ecossais a été sa dixième victime. Après très peu de fautes directes dans ce match (11) et énormément de coups gagnants (56), l'Helvète n'a pas laissé le Britannique respirer. Sur sa deuxième balle de break à 6-5, il a bouclé la première manche au meilleur moment. Le deuxième acte aurait être plié plus vite si Murray n'avait sorti une défense héroïque dans le neuvième jeu qui a duré 13 minutes ! En sauvant cinq balles de set, il a bien cru pouvoir reprendre le contrôle du match, avant que le Suisse ne l'assomme sur sa sixième occasion, à 6-5, encore une fois.

Une seule balle de break concédée en deux heures de jeu

Avec 85% de réussite derrière sa première balle, Federer n'a jamais été en difficulté sur ses mises en jeu. Murray n'a eu qu'une seule balle de break à se mettre sous la dent : lors du premier jeu du match. Puis plus rien. Une statistique à l'image de la quinzaine de Federer où il n'a perdu qu'une seule fois son service en six matches : sur jeu blanc face à Gilles Simon en quart de finale. Son cavalier seul s'est poursuivi dans le troisième set où il n'a concédé qu'une seule faute directe et a concrétisé sa seule balle de break obtenue : sur sa première balle de match.
Avec un niveau de jeu exceptionnel, Roger Federer confirme qu'il n'est pas venu à Londres pour regarder les autres jouer. Sûr de lui, de son jeu et de son physique - principal point noir qui a pu le freiner ces derniers temps -, le numéro deux mondial semble prêt à défier Novak Djokovic et conquérir ce 18e titre majeur qui lui tient à coeur. S'il a vu cette deuxième demi-finale vendredi, le Serbe sait maintenant que la finale 2014 ne ressemblera sans doute pas à celle qui arrive.

Roger Federer - Wimbledon 2015

Crédit: AFP

Wimbledon
Federer, l'homme qui ne perdait jamais en demie à Wimbledon
10/07/2015 À 05:08
ATP Madrid
Nadal prenable, Nalbandian unique, 4h03 : Madrid, un tournoi qui se démarque en 6 stats
02/05/2021 À 21:39