Getty Images

Giga-Gilles Muller a fini par terrasser Nadal !

Giga-Gilles Muller a fini par terrasser Nadal !

Le 10/07/2017 à 21:33Mis à jour Le 11/07/2017 à 00:32

WIMBLEDON - Match gigantesque et sensation à Londres. Rafael Nadal s'est incliné face à Gilles Muller après un énorme combat en cinq sets et 4h48 (6-3, 6-4, 3-6, 4-6, 15-13) en huitièmes de finale. Le Luxembourgeois signe l'exploit de sa carrière et décroche son premier quart en Grand Chelem depuis... neuf ans !

Monumental. Gilles Muller a gagné le match de sa vie et signé l'exploit de sa carrière lundi. Le "Manic monday" a accouché d'un "manic match" entre le Luxembourgeois et Rafael Nadal. Magnifique dans le jeu et incroyablement solide mentalement, Muller a fini par s'imposer en cinq sets à sa 5e balle de match, 6-3, 6-4, 3-6, 4-6, 15-13 après 4h48 (dont plus de deux heures pour le seul dernier set) d'un duel épique. Nadal est à nouveau stoppé avant les quarts de finale à Wimbledon, qu'il n'a plus aperçus depuis maintenant six ans.

Gilles Muller a d'abord été magnifique tennistiquement. Pendant les deux premiers sets, le protégé de Benjamin Balleret a récité sa partition de jeu sur gazon comme il sait si bien le faire. Nadal ne jouait pourtant pas mal, à l'image de ce premier set perdu par le Majorquin... sans avoir commis une seule faute directe. Mais pendant deux sets, Muller a été presque parfait, notamment dans son jeu vers l'avant.

Et pourtant, Nadal a sorti un grand 5e set

Reste que Nadal, en bon guerrier, n'allait pas baisser pavillon si facilement. A la grinta, avec un soupçon d'agressivité supplémentaire aussi, le double vainqueur du tournoi a repris le contrôle du jeu quand son adversaire, lui, perdait dans le même temps en efficacité. Résultat, Nadal a breaké une fois dans le troisième set, une autre dans le quatrième, sans concéder de son côté la moindre balle de break sur ces deux manches.

Mais gagner en Grand Chelem après avoir été mené deux sets à rien, ce n'est pas une mince affaire. Même pour Rafael Nadal. Le Majorquin n'a d'ailleurs plus accompli pareille performance depuis... Wimbledon 2007. Dix ans. Cette fois encore, il a échoué. Et pourtant, il est loin d'avoir démérité dans cette manche décisive, au cours de laquelle il a compilé 32 coups gagnants pour seulement huit fautes directes. Et ça n'a même pas suffi...

Rafael Nadal à genoux.

Rafael Nadal à genoux.Getty Images

Une heure et demie entre sa première et sa dernière balle de match...

Gilles Muller a eu la chance de faire la course en tête. A 5-4 en sa faveur, le Luxembourgeois a obtenu deux premières balles de match. Nadal a alors sorti deux aces et deux premières balles pour écarter le danger. Cela aurait pu être la fin, ce ne fut que le commencement. Rafa sauvera deux autres balles de match à 10-9 avant de craquer à la 5e, dans le 28e jeu... Muller a enfin conclu, plus d'une heure et demie après sa première balle de match. Presque stoïque, comme s'il était sonné, il n'a pas hurlé, n'est pas tombé sur le court et n'a même pas levé les bras. Il a juste fixé son clan, encore habité par son match.

Dans la tête, il aura été incroyablement solide, pour ne pas se frustrer sur ces balles de match envolées, donc. Mais aussi pour tenir le choc sur son propre service. Car lui aussi a dû sauver cinq balles de break dans ce set. Sur l'une d'elle, Nadal a même cru faire le break sur une double faute de Muller, avant que l'arbitre ne modifie la décision, justement, comme l'a confirmé le hawk-eye. Mais c'était bien le jour du gaucher du Grand-Duché, longtemps resté à côté de son immense potentiel, notamment sur gazon. Il jouera mercredi pour une place en demi-finale contre Marin Cilic. Ce sera tout sauf simple. Mais à chaque jour suffit sa joie.

0
0