Rinderknech peut avoir des regrets

Arthur Rinderknech ne verra pas le 2e tour, mais il peut s’enorgueillir d’avoir fait trembler la tête de série numéro 13, et demi-finaliste ici-même l’an passé : le Canadien Denis Shapovalov. Mené 2 sets à 1, le grand copain de Félix Auger-Aliassime, qui lui est bel est bien sorti de route d’entrée, a fini par s’imposer au cinquième set après 3h23 de jeu (6-1, 7-6(6), 7-6(4), 6-4, 6-1).
Auteur de 20 aces, le Canadien a mieux commencé et mieux fini le match, et comme souvent, il a fait pleuvoir le froid (40 fautes directes) et le show (58 coups gagnant) dans une rencontre où son adversaire, dont c’était seulement le deuxième match à Wimbledon, pourra nourrir quelques regrets. Car le Français, 62e au classement ATP, n’était plus très loin de créer l’exploit, à 4-4 dans le 4e acte, avant de s’effondrer. Il laisse Shapovalov retrouver l’Américain Nakashima lors du second tour.
Wimbledon
De Groot : "Je n'avais pas imaginé que le tennis fauteuil changerait autant"
14/07/2022 À 12:35

Grenier, la baraka !

On ne sait si Hugo Grenier a prévu de jouer au loto ces jours-ci mais peut-être devrait-il y songer. Repêché des qualifications suite au forfait de Gaël Monfils, le Français de 26 ans, 141e mondial, avait hérité d'un 1er tour "jouable" face au gaucher suisse Marc-Andrea Huesler, lui-même issu des qualifications.
La manière dont il a saisi l'occasion pour remporter son premier match en Grand Chelem – c'était de toute façon son premier tableau final en Grand Chelem – ne doit en revanche rien à la chance. Le natif de Montbrison a fait preuve de panache pour digérer la perte d'une avance de deux sets à rien et s'imposer finalement au bout d'un 5e set, 6-3, 7-6(0), 6-7(5), 2-6, 6-4 en 3h38. Le tout en écartant une cruciale balle de break à 3-3 dans cette manche décisive.
Baraka toujours : Hugo Grenier n'affrontera pas au 2e tour l'épouvantail Matteo Berrettini, positif au Covid et forfait, mais le Chilien Cristian Garin, qui a battu le lucky-loser Elyas Ymer. Ça se prend.

Gasquet joue les prolongations

Exactement comme Hugo Grenier, Richard Gasquet a surmonté mentalement la perte d'une avance de deux manches à rien pour finalement se montrer intraitable au 5e set et battre ainsi le Portugais Joao Sousa, 60e mondial, 7-6(7), 6-2, 4-6, 4-6, 6-3 en 3h28.
On pensait bien, pourtant, voir le Biterrois conclure plus tôt après le gain d'une première manche extrêmement disputée lors de laquelle il a sauvé deux balles de set, l'une à 6 jeux à 5 et l'autre à 7 points à 6 dans le jeu décisif (à chaque fois sur son service).
A 7 points partout, Sousa, victime d'une chute en plein échange, s'est fait mal à l'épaule au point d'appeler le kiné après la perte de ce 1er set. Même s'il a paru en difficulté durant le 2e set, il a su ensuite retrouver ses esprits pour relancer totalement le suspense.
Tout le mérite revient à Gasquet d'avoir été capable de se ressaisir lors d'un 5e set impeccable dans lequel il a aligné quatre jeux blancs. Il affrontera au 2e tour l'Américain Mackenzie McDonald ou un autre Portugais, Nuno Borges, repêché des qualifications.

Bonzi qualifié avec autorité

Opposé au Lucky Loser Zdenek Kolar, Benjamin Bonzi a réalisé une entrée convaincante et sans fioriture, pour s’imposer en trois sets et seulement 1h33 de jeu (6-3, 6-3, 6-1). A 25 ans, le Tchèque, qui avait battu un autre Français, Lucas Pouille, au premier tour de Roland Garros avant de pousser Stefanos Tsitsipas au 5e set, a subi la foudre de son adversaire sur le gazon londonien.
Solide derrière sa première balle (76% de points remportés), le 47e mondial a surtout fait preuve de beaucoup de confiance derrière sa 2e balle (21 points remportés sur 26) pour se détacher à chaque fois dans les deux premières manches.
Puis, dans le troisième set, il a fini en boulet de canon, empochant les cinq derniers jeux de la rencontre pour passer, comme l’an passé, au deuxième tour et décrocher son 5e succès en carrière dans un tableau d’un Grand Chelem. La tâche s’annonce nettement plus compliquée pour le Tricolore au prochain tour, puisqu’il affrontera la tête de série numéro 29, l’Américain Jenson Brooksby

Gaston, une belle baston

Première apparition dans le grand tableau, et première victoire pour Hugo Gaston à Wimbledon. Décidément, le Français aime jouer des Australiens au premier tour des Grands Chelems. Après son thriller en 5 manches face à Alex De Minaur à la porte d’Auteuil cette année, c’est Alexei Popyrin qu’il a cette fois poussé en cinq sets avant de s’imposer après plus de 3 heures d’un combat acharné (6-2, 4-6, 0-6, 7-6, 6-3).

Hugo Gaston lors de son premier tour face à Alexei Popyrin - Wimbledon 2022

Crédit: Getty Images

Faisant comme toujours admirer sa variété dans le jeu, tantôt avec des enchaînements amorties-lobs, ou avec quelques coups droits long de ligne et autres smashes, il a beaucoup gâché (75 fautes directes !), mais il n’a jamais renoncé à prendre ses responsabilités (54 coups gagnants), au point de finir par marcher sur son adversaire, alors qu’il était mené 5-3, service Popyrin à suivre, dans le 4e acte.
En remportant 7 des 8 jeux suivants, il s’est ouvert en grand la porte du deuxième tour, avant finalement de se sortir du piège en régalant les spectateurs du court numéro 9. Celui qui semble de plus en plus apprécier le gazon, où il a décroché son premier succès en carrière seulement cette année, tentera d’enchaîner face au vainqueur du duel entre l’Italien Lorenzo Sonego et l’Américain Denis Kudla.

Cornet, la 62e victorieuse

Surfant sur sa finale atteinte samedi à Bad Hombourg face à Caroline Garcia, Alizé Cornet a bien enchaîné en battant la Kazakhstanaise Yulia Putintseva, 6-3, 7-6(5), après un combat d'1h46, ce mardi. Un match un peu en dents de scie pour la Française qui a honoré du même coup sa 62e participation en Grand Chelem, égalant ainsi le record d'Ai Sugiyama. Mais l'essentiel est acquis.
Cornet : "A Roland-Garros, je pense qu'il y a eu quelques cas et un accord tacite entre nous"
Menée 3-1 dans le 2e set, la n°1 française a fait parler sa confiance du moment en se montrant solide sur les points importants, notamment dans un dernier jeu décisif parfaitement géré. Seul bémol : elle a paru un peu dans le dur physiquement notamment au niveau de ses adducteurs, dont on sait qu'ils "sifflent" un peu depuis Roland-Garros. A suivre au 2e tour face à l'Américaine Claire Liu.

Dodin dépassée par Ostapenko

Oceane Dodin devra encore attendre avant de remporter le premier match de sa carrière à Wimbledon. Dans un match reporté la veille en raison de la pluie, la Française a été dominée par l'une des rares joueuses capables de frapper plus fort qu'elle : la Lettonne Jelena Ostapenka (tête de série n°12), victorieuse 6-4, 6-4 en 1h11.
La Nordiste a eu sa chance puisqu'elle menait 3-2 (break) dans le 2e set. Mais globalement, Ostapenko a fait du Ostapenko : 29 coups gagnants pour 25 fautes directes, un ratio positif qui lui a permis de prendre le dessus et de retrouver Yanina Wickmayer au 2e tour.

Paquet barrée par Bara

Chloé Paquet aussi devra attendre pour remporter son premier match à Londres. La Française, présente dans le tableau final pour la première fois cette année, a été sortie d'entrée par la Roumaine Irina Bara (6-2, 6-4). Cette dernière sera opposée au 2e tour à l'Espagnol Paula Badosa (tête de série n°4) qui s'est facilement imposée face à la qualifiée américaine Louisa Chirico (6-2, 6-1).

Burel "boulter" hors du tournoi

Clara Burel espérait faire au moins aussi bien que l’an passé, où elle avait atteint le second tour. Mais la locale de l’étape, Katie Boulter, a brisé ses espoirs en seulement 1h19 et deux sets (7-5, 6-3). Après un premier set en forme de montagnes russes, où elle a mené 3-1 avant de finalement s’incliner, elle a concédé les 4 derniers jeux du match pour laisser filer son adversaire, qui jouera une Tchèque au deuxième tour : Martincova ou Pliskova.
Wimbledon
McEnroe : Kyrgios "aurait besoin de Sigmund Freud"
12/07/2022 À 16:28
Wimbledon
"Il n'y avait qu'un joueur pour battre Djokovic à Wimbledon : c'était Nadal"
12/07/2022 À 15:45