Insubmersible Rafael Nadal. Ce mercredi, l’Espagnol a encore démontré toute sa force de caractère, sa combativité, ces éléments qui en ont fait l’un des plus grands sportifs de l’histoire, et qui explique pourquoi, en ce mois de juillet, il est toujours en course pour un inédit Grand Chelem calendaire. Victorieux d’un match épique en 5 sets face à Taylor Fritz (3-6, 7-5, 3-6, 7-5, 7-6), le Majorquin a pourtant été enterré par beaucoup à plusieurs reprises.
La faute à une vilaine blessure, qui a très vite pertubé son match face à l’Américain. "Le corps, en général, va bien mais j'ai quelque chose aux abdominaux", a-t-il révélé après la rencontre, comme aussi pour rassurer tout le monde sur l’état de son pied gauche, atteint du syndrome de Muller-Weiss.
Tennis
Kyrgios "the unbreakable", carré d’as et FAA au presque parfait
HIER À 10:41
Pendant un moment, dans ma tête, j'ai pensé à abandonner
"Ça fait quelques jours que j'ai ces douleurs, mais aujourd'hui c'était nettement pire, j'ai eu bien plus mal et ça m'a nettement plus handicapé", a indiqué l’homme aux 22 titres du Grand Chelem. Claudiquant, incapable de servir, la tête de série numéro 2, menée d’un set, a inquiété le public du Centre Court lorsqu’elle a fait appel au kiné, après qu’elle est revenue à 4 partout dans la deuxième manche.

"Kyrgios, un talent pur mais une attitude détestable"

Cet épisode, il l’a raconté en conférence de presse d’après-match : "Le docteur est venu, il m'a donné des anti-inflammatoires et des analgésiques. Le physio a essayé de détendre un peu le muscle. Mais c'est difficile. On ne peut pas soigner ce que j'ai comme ça. Mais comme je l'ai dit, il n'est pas facile de quitter le tournoi, de quitter Wimbledon, même si la douleur est vive".
Si forte qu'elle a failli faire plier ce monument de volonté, qu'on a vu, un moment dans le match, mettre sa tête dans les bâches du fond du court, comme pour demander à son corps de le laisser tranquille. Pour le média espagnol Cadena COPE, il a ainsi précisé : "Pendant un moment, dans ma tête, j'ai pensé à abandonner". Et puis, le naturel est revenu au galop : "Je voulais juste terminer, quel que soit le résultat. Je préfère évidemment gagner. Alors je me suis battu". Et quelle empoignade !
C'est difficile d'abandonner au milieu d'un match. C'est difficile, même si j'y pensais depuis un moment
Revenu à un set partout, Nadal a encore dû cravacher pour rester en vie dans cette édition 2022. Envers et contre tous, puisque même son père, par des gestes peu équivoques, semblait lui indiquer d’arrêter les frais : "Ils me disaient d'abandonner. Mais c'est difficile d'abandonner au milieu d'un match. C'est difficile, même si j'y pensais depuis un moment. Mais d'un autre côté, il m'est déjà arrivé d'abandonner dans ma carrière. C'est quelque chose que je déteste faire. Alors j'ai continué d'essayer de jouer". Et bien lui en a pris.
Car malgré les douleurs, la perte du 3e set et les souvenirs de sa défaite en finale d’Indian Wells face à ce même Fritz, alors qu’il était déjà blessé, en mars dernier, Nadal a comme souvent (comme toujours ?) vaincu. Dans le dernier set, malgré un scénario irrespirable, il semblait d’ailleurs loin d’être gêné, envoyant les coups droits puissants comme à l’accoutumé, et remportant quelques points d’anthologie. Avare de grandes déclarations devant la presse, le joueur de 36 ans a simplement commenté : "Je suis fier de mon état d'esprit et de la façon dont j'ai réussi à être compétitif dans ces circonstances".

Nadal a serré les dents, Fritz a serré le jeu : le résumé de la finale

Taylor Fritz, dont le scénario de la rencontre rappelle celui vécu à l’Open d’Australie face à l’autre favori de Wimbledon, Novak Djokovic, l’an passé, aurait peut-être préféré que ce ne soit pas le cas. Nadal, lui, pourra-t-il enchaîner au moment de retrouver Nick Kyrgios (qu’il a battu lors de 6 de leurs 9 premières confrontations), vendredi, en demi-finale ?
"Je ne sais pas. Je ferai de nouveaux examens demain (jeudi). Il est évident que je ne suis pas le genre de joueur qui n'a jamais été blessé. J'ai l'habitude d'avoir des problèmes physiques et j'ai l'habitude de contenir ma douleur et de jouer avec ces problèmes", s’est contenté de répondre le double vainqueur de Wimbledon (2008 et 2010), quand la question lui a été posée.
Forcément, quand vient la question du forfait, tout le monde repense à l’édition 2016 de Roland Garros, où Rafael Nadal avait dû se retirer à cause de son poignet gauche avant le troisième tour. Relancé sur le sujet, il a encore botté en touche : "Je ne peux pas de donner de réponse précise parce que si je vous disais quelque chose de précis et que demain (jeudi) il se passait quelque chose d'autre, je serais un menteur...". En tout cas, ce mercredi, c’est encore le gladiateur qui a pris le dessus.

Wimbledon 2022, Rafael Nadal

Crédit: Getty Images

ATP Washington
Kyrgios encore finaliste, Nishioka s'offre Rublev
07/08/2022 À 05:56
Tennis
A 19 ans et dans le Top 5 mondial : Alcaraz encore sur les pas de Nadal
25/07/2022 À 10:10