Elle l'avait plus ou moins annoncé, elle l'a fait. En amont de ses retrouvailles avec Iga Swiatek au 3e tour de Wimbledon, Alizé Cornet avait estimé que s'il y avait bien un endroit où la n°1 mondiale, invaincue depuis le mois de février, avait le plus de chances de voir sa série de 37 victoires (la plus belle sur le circuit WTA depuis Martina Hingis en 1997) prendre fin, c'était bien sur gazon. Spécialement ici, sur ce Court 1 de Wimbledon où elle avait déjà terrassé une n°1 mondiale en exercice, Serena Williams en 2014.
Sur ce coup-là, on ne demandait qu'à suivre Alizé. Mais très franchement, c'était compliqué de penser que la Niçoise allait non seulement s'imposer, mais le faire en plus avec une telle "facilité" : 6-4, 6-2 en 1h33 et une mainmise sur le match quasiment de bout en bout, à l'exception du début du 2e set, où elle a sauvé trois balles de 3-0 avant de finir au triple galop, en remportant 17 des 20 derniers points !
WTA Cincinnati
Swiatek dans le doute, Garcia prend le quart
IL Y A 5 HEURES
On savait que la Polonaise, bien que sacrée à Wimbledon chez les juniors (en 2018), manquait un peu d'expérience sur herbe. A l'inverse de Cornet, qui dispute son 15e Wimbledon, soit le 4e total parmi les joueuses en "activité" (plus ou moins) derrière les sœurs Williams et Svetlana Kuznetsova.
Une différence d'expérience que la Française a su mettre en avant en concoctant à son adversaire une cuisine herbivore bien épicée, à base de revers fusants, d'amorties subtiles, de volées déposées et de malicieux coups droits "chipés" défensifs. Swiatek y a perdu son latin.
Swiatek n'a pas seulement perdu un match : elle a un peu voire totalement perdu son tennis au gré de l'avancée des débats, allant même jusqu'à, pour ainsi dire, "dégoupiller" dans les derniers jeux. Elle a commis un total de 33 fautes directes dont certaines assez aberrantes, comme ce smash parti droit dans la bâche et que son adversaire a dû esquiver au prix d'un mouvement de bassin digne d'un toréador.

C'est tout vert pour Cornet...

A ce moment-là, tout le monde avait compris : plus rien n'allait pouvoir empêcher Alizé Cornet d'aller au bout de son rêve et de rejoindre les huitièmes de finale de Wimbledon pour la deuxième fois de sa carrière, après cette fameuse édition 2014 où elle avait battu Serena Williams.
Elle tire ainsi le bouquet final d'un feu d'artifice pour le tennis féminin français qui place donc, avec en plus Caroline Garcia et Harmony Tan, trois représentantes en huitièmes de finale. Une première en Grand Chelem depuis Roland-Garros 2017, et une première à Wimbledon depuis 2005.
Et quand on a vu ce qu'on a vu, impossible évidemment de ne pas voir plus loin. Le tableau d'Alizé Cornet – et elle en est largement responsable ! – s'est totalement dégagé puisqu'elle affrontera en huitièmes l'Australienne Ajla Tomljanovic, une bonne spécialiste de gazon toutefois elle aussi puisqu'elle était en quarts de finale l'an passé.
Ensuite, ce serait un éventuel quart contre Elena Rybakina ou Petra Martic, qui a sorti ce samedi Jessica Pegula. D'accord, on n'en est pas là. Mais quand on vient de battre la reine du tennis mondial sur l'un des courts les plus prestigieux du monde, on peut rêver grand, non ?
WTA Cincinnati
Une 50e victoire en 2022 pour Swiatek, Raducanu écrase Azarenka
HIER À 21:03
WTA Cincinnati
La grosse claque : Cornet écrasée par Stephens d'entrée
16/08/2022 À 06:35