Elle n'est pas invaincue en 2022, mais Iga Swiatek renverse tout sur ce passage en ce moment, comme son idole Rafael Nadal. La Polonaise de 20 ans s'est adjugée pour la première fois de sa carrière dimanche le trophée à Indian Wells, son deuxième WTA 1000 consécutif après Doha et le 5e titre de sa jeune carrière. La Polonaise a beaucoup mieux géré des conditions venteuses très difficiles dans le désert californien, balayant Maria Sakkari en deux sets (6-4, 6-1) et 1h20 de jeu en finale. Grâce à ce 11e succès d'affilée sur le circuit, elle sera lundi la nouvelle dauphine d'Ashleigh Barty au classement WTA.
Elle avait gagné 11 de ses 12 finales tous circuits confondus avant cette finale. Iga Swiatek a encore prouvé ce dimanche qu'elle maîtrisait à merveille la gestion des grands événements. Pourtant loin de son meilleur niveau à cause de bourrasques incessantes qui ont fortement nui à la qualité du spectacle, la Polonaise a su se faire une raison et se concentrer sur les fondamentaux : à savoir mettre le plus souvent possible la balle dans le court et accélérer par séquences, quand les conditions le permettaient. De l'autre côté du filet, Sakkari n'a, elle, jamais su vraiment s'adapter, comme le score final l'a cruellement signifié.
Wimbledon
Swiatek, la série du siècle
IL Y A 17 HEURES

Sakkari a explosé en vol

Le duel entre les deux jeunes femmes n'aura vraiment duré qu'un set, le premier. Et ironie de ce match, c'est Sakkari qui a pris le meilleur départ en s'emparant du service adverse d'entrée. Mais bien loin de l'exception, les breaks sont vite devenus la règle et la Grecque ne s'est jamais échappée. Au cours de ses deux premiers jeux de service, Swiatek a ainsi commis 4 doubles fautes, à cause d'un lancer de balle fortement perturbé par le vent. Et pourtant, elle a fini par trouver plus de stabilité dans son jeu. En tête 4-2, elle n'a pas été émue par le retour au score de sa rivale (4-4), virant en tête deux jeux plus tard.
Le lift de la Polonaise à l'échange côté coup droit lui a donné plus de sécurité. Elle a su ainsi limiter le nombre de ses erreurs, contrairement à sa rivale au tennis plus à plat (10 fautes directes à 21). De plus en plus frustrée, Sakkari a fini par exploser en vol, cédant les cinq derniers jeux du match. De son côté, Swiatek a utilisé les angles courts croisés en revers pour dicter au mieux le jeu avec son coup droit dévastateur. Et c'est sur une dernière frappe enroulée qu'elle s'est imposée. De plus en plus sûre d'elle sur dur, elle est incontestablement la joueuse à battre en l'absence d'Ashleigh Barty et deviendra la semaine prochaine la Polonaise la mieux classée de l'histoire du jeu.
Roland-Garros
Swiatek, comme une évidence
04/06/2022 À 14:20
Roland-Garros
Gauff, 6 dates-clés pour une irrésistible ascension
03/06/2022 À 23:14