Elle n’aura finalement pas mis longtemps à trouver ses marques. Pour son premier tournoi hors d’Australie depuis le début de la pandémie de coronavirus il y a plus d’un an, Ashleigh Barty a décroché la timbale samedi. L’Australienne a fait honneur à son rang de numéro 1 mondiale en dominant sèchement Bianca Andreescu (6-3, 4-0 ab.) en un peu plus d’une heure (1h02 exactement) pour conserver son trophée à Miami et enregistrer le 10e titre de sa carrière. Globalement dépassée, la Canadienne a vécu une finale difficile puisqu’elle a été en plus contrainte de jeter l’éponge après une blessure au pied droit en cours de deuxième set.
Le choc n'aura finalement pas tenu ses promesses. Ashleigh Barty et Bianca Andreescu s'affrontaient pour la première fois de leur carrière et il n'y a pas eu photo. Entre deux joueuses de ce niveau, ce genre de scénario à sens unique est toujours un peu étonnant et décevant, mais il a consacré une certaine logique. Depuis son entrée en lice plus que laborieuse - elle avait dû sauver une balle de match -, l'Australienne montait en puissance, tandis que la Canadienne, elle, passait les obstacles in extremis à chaque fois. Et physiquement, cette dernière a fini par le payer.
WTA Madrid
Grande première pour Sabalenka sur ocre
IL Y A 24 MINUTES

Barty avait de toute façon le match bien en main

En début de deuxième manche, sur un appui fort côté coup droit, Andreescu a ainsi vu son pied droit se dérober. Sur le moment, elle a eu l'intelligence de se laisser tomber pour éviter une torsion trop importante de sa cheville. Mais bien que vite relevée, la douleur lui a rendu la tâche impossible. Strappée lourdement au changement de côté à 6-3, 3-0, elle a tenté de poursuivre un jeu supplémentaire, avant de se rendre à l'évidence, en larmes. Pour Barty, le goût de la victoire en a peut-être été plus amer, mais réduire sa performance à ce coup du sort serait bien injuste, pour ne pas dire malhonnête.
Car avant l'incident final, la numéro 1 mondiale avait fait ce qu'il fallait pour conserver sa couronne floridienne. Agressive, elle a pris le service adverse d'entrée, usant fréquemment de son coup droit bombé dans la diagonale pour déborder son adversaire. Cueillie à froid, Andreescu a réussi à débreaker en trouvant quelques solutions tactiques. Elle a notamment mis plus de volume dans ses frappes dans la diagonale revers pour faire défendre Barty en slice. Mais cette réaction a été de courte durée. Plus perturbée que son adversaire par les conditions venteuses du jour, elle a encore perdu son service, puis n'a plus gagné le moindre jeu à partir de 5-3.
La Canadienne, qui avait passé deux heures et demie en moyenne sur le court sur chacun de ses quatre derniers matches, n'avait pas les jambes pour faire face à la variation de son adversaire. Les statistiques sont d'ailleurs éloquentes : en contrôle sur la plupart des échanges, Barty a frappé 20 coups gagnants contre seulement 8 à Andreescu. Après le triomphe de Naomi Osaka à l'Open d'Australie, elle a rappelé que, même si la réforme du classement WTA l'a avantagée ces derniers mois, elle n'avait pas non plus usurpé sa place de numéro 1 mondiale. La bataille pour le trône dans les prochains moins s'annonce d'autant plus palpitante.
WTA Madrid
Un choc Barty - Sabalenka en finale
06/05/2021 À 14:15
WTA Madrid
Barty remporte le duel de lauréates de Roland-Garros contre Swiatek
03/05/2021 À 20:34