Les Peugeot et Loeb

Les Peugeot et Loeb
Par AFP

Le 14/05/2004 à 17:15Mis à jour

Le duel entre Solberg (Subaru) et Grönholm (Peugeot) écourté vendredi, le double champion du monde finlandais du Lion a pris en main le Rallye de Chypre, avec Rovanperä (Peugeot) en couverture et Loeb (Citroën) en embuscade.

Grönholm devançait son équipier et compatriote Rovanperä, sur l'autre 307, la Citroën Xsara de Loeb, la Ford Focus de Markko Martin et l'autre Citroën de Carlos Sainz. Moins de 27 secondes séparaient la 307 de tête de l'Espagnol après, comme prévu, une première confrontation riche en rebondissements.

La Subaru transformée en tracto-pelle

Le matin, le Norvégien Petter Solberg (Subaru Impreza) arborait un large sourire. Il était parvenu à prendre une petite avance sur celui avec qui il avait déjà livré un duel sans merci en Nouvelle-Zélande, son grand rival, Marcus Grönholm. "Cela va être une grosse bataille avec Marcus", annonçait le champion en titre après les trois premières boucles. Le duel devait vite tourner court.

Solberg éliminé de la course à la victoire, Martin handicapé par son rôle d'ouvreur, Sainz par des pneus se dégradant très vite, Loeb semblait finalement le plus apte à contester la suprématie des Peugeot 307. Malgré, encore une fois, un démarrage en demi-teinte. Le Français allait bénéficier d'un problème de commande d'embrayage du Finlandais dès la fin de l'ES4, spéciale dans laquelle le pilote de la 307 s'était montré le plus rapide. Heureusement que Grönholm s'était constitué une bonne avance, un beau matelas de secondes... car il devait ensuite céder une trentaine de secondes.

"Je suis un peu trop sur la défensive"

Une fois l'opération terminée, le pilote expliquait tout d'abord cette dernière: "On avait l'accélérateur qui restait un peu bloqué. On a donc regardé la pièce que l'on devait changer".

Loeb livrait ensuite ses impressions. "Je suis un peu trop sur la défensive sur le cassant, admettait-il. La longue (ES1 et ES4), c'était vraiment pourri. Ce n'était pas du pilotage. Bon, c'est fait. Il fallait passer par là. Cela ne s'est pas mal passé, on revient pas trop mal. Maintenant, on verra samedi."

Confiant, Sébastien Loeb estimait néanmoins que la partie s'annonçait difficile. "On est 3e c'est encore très long. Revenir sur Grönholm ? Cela risque de ne pas être facile. Il y a aussi Martin et Carlos juste derrière", analysait le pilote Citroën. Dans le camp d'en face, la confiance était également de mise. "S'il n'y a pas de problème, on peut le faire. La voiture est vraiment bien", déclarait Grönholm en souriant.

0
0