La belle affaire

La belle affaire
Par AFP

Le 15/05/2005 à 11:15Mis à jour

Impérial à Chypre, Sébastien Loeb (Citroën) a remporté dimanche une quatrième victoire en six rallyes cette saison qui le détache de ses principaux rivaux au championnat. Le privé Manfred Sothl a assuré un étonnant doublé pour la marque française. Markko

Chypre 2005 : Loeb (Citroën) analyse sa victoire

Derrière le Français, pas de Petter Solberg (Subaru Impreza) ou de Marcus Grönholm (Peugeot 307), les rivaux habituels éliminés d'entrée. Pour la première fois depuis de longues années, une voiture privée ralliait l'arrivée sur le podium, loin derrière le Français, la Citroën Xsara de l'équipe belge Chronos confiée à l'Autrichien Manfred Stohl se glissant entre Loeb et l'Estonien Markko Märtin (Peugeot 307).

Fréquelin : "C'était du rallye-raid"

Le surprise était grande. Même pour les organisateurs, à la recherche dimanche matin d'un drapeau autrichien pour la cérémonie du podium, eux qui n'avaient prévu que ceux de la France, de la Finlande et de la Norvège. Un autre privé, le Norvégien Henning Solberg (Ford Focus), frère aîné du champion 2003, s'illustrait également, 4e devant les Ford d'usine du Finlandais Toni Gardemeister et du Tchèque Roman Kresta.

Sans adversaire

Une courroie de distribution stoppait Gronholm, une succession d'ennuis -surchauffe, embrayage, turbo, électronique- ruinait les espoirs de Solberg, dès vendredi, et la Xsara de Loeb filait vers sa quatrième victoire de la saison, la troisième consécutivement, la quatorzième d'une courte et riche carrière.

L'ire de Claude Satinet

Sortie de route (ES11), Xsara détruite dans l'incendie qui en résulte, Duval tombait une fois encore dans ses travers. "C'est ma faute, plaidait, penaud, l'intéressé. Je dois comprendre que je ne dois pas vouloir aller chercher Sébastien (Loeb)".

Duval aurait pu permettre à Citroën de combler une partie du retard sur Peugeot au classement du Championnat des constructeurs. Au lieu de cela, la marque au chevron ne reprenait que deux points au "cousin". Inquiétant pour l'avenir du pilote belge.

Les comptes de Loeb, eux, étaient plus éclatants. "Onze points d'avance (sur Solberg) au championnat, c'est super. La voiture marche très bien, je suis vraiment en confiance. C'est encourageant dans l'optique de la Turquie et de la Grèce. Même si la disparition rapide de Solberg et Gronholm n'a pas permis de se faire une idée exacte du rapport de force", déclarait le vainqueur.

0
0