Fréquelin : "Nous essayons de comprendre"

Fréquelin : "Nous essayons de comprendre"

Fréquelin : "Nous essayons de comprendre"
Par Citroën Racing

Le 04/04/2005 à 12:00Mis à jour

Après les trois premiers rallyes 2005, l'heure n'est pas à l'inquiétude chez Citroën Sport mais Guy Fréquelin, son directeur, reconnaît que la situation n'est pas très confortable. Entretien.

C'est la troisième apparition de Citroën en Nouvelle-Zélande. Cette année, vous y arrivez en position moins favorable au classement "Constructeurs"...

La fiabilité était pour Citroën une citadelle imprenable. Voyez-vous dans le déroulement des trois premières courses une ligne de fracture pouvant remettre cet acquis en cause ?

G.F. : Non ! Rien à noter dans ce domaine à Monte Carlo. En Suède, peut-être sommes-nous les premiers à payer pour la règle du moteur devant disputer deux courses. En ce qui concerne le Mexique, nous n'avons pas d'explication logique concernant la défaillance de la bride de jambe de force d'amortisseur de Seb. Nous montons sur la voiture de François un radiateur neuf qui se révèle immédiatement défaillant. La fiabilité, c'est un état d'esprit, une façon de travailler : sur ces deux points, l'équipe est à son niveau habituel. Quoiqu'il en soit, nous avons décidé de hausser encore les standards de validation de nos pièces...

Etes-vous satisfait de votre préparation pour la course néo-zélandaise, et, classiquement, quel objectif allez-vous fixer à vos troupes ?

0
0