Le "sans-faute" de Solberg

Le "sans-faute" de Solberg
Par AFP

Le 04/06/2004 à 12:15Mis à jour

Sébastien Loeb (Citroen) handicapé par sa position de départ en spéciale, Marcus Grönholm (Peugeot) piégé par sa fougue, Petter Solberg (Subaru) a été irresistible en Grèce, vendredi. Le champion du monde norvégien a remporté quatre des huit spéciales dis

Le Belge François Duval (Ford Focus) s'est même intercalé entre les deux Finlandais à l'occasion de la super-spéciale clôturant la première étape, le Français Sébastien Loeb (Citroën Xsara) suivant en cinquième position. Tous étaient déjà relégués à distance respectable.

"A l'arrêt"

Vendredi matin pourtant, les Peugeot 307 paraissaient devoir survoler l'épreuve. Au lendemain du coup de gueule du patron, de Corrado Provera après l'exclusion de Chypre, Rovanperä dans l'ES2 et Grönholm dans l'ES3 ont fait le coup de force. "Nous n'avons aucun problème. Nous attaquons assez fort mais pas encore à fond" , s'est délecté Grönholm, une fois arrivé au parc d'assistance de Lamia.

Petter Solberg, assis sur le capot de sa Subaru, affichait quant à lui un large sourire. "On a essayé de ne pas commettre de faute. C'est plutôt pas mal. On va changer quelques petits trucs sur les différentiels et les suspensions et je pense que cela devrait aller pour la suite", a confié le Norvégien, avant de jeter un coup d'oeil sur le pneu avant gauche de la 307 de Grönholm alors leader.

Deux erreurs

Sans doute le désir de trop bien faire, lui qui, comme Rovanperä , a cherché à prendre sa revanche après sa victoire à Chypre perdue sur tapis vert.

0
0