From Official Website

Mexique : le film de l'étape 2

Mexique : le film de l'étape 2
Par Eurosport

Le 05/03/2006 à 07:00Mis à jour

La lutte en tête du Rallye du Mexique a été marquée samedi par le duel Solberg (Subaru) / Loeb (Citroën), après la sortie de route de Mikko Hirvonen (Ford). Le pilote français a pris l'avantage en signant notamment six scratches sur sept spéciales (ES8, 1

ETAPE 2 : León / León - 7 spéciales (148.92 km)

Assistance (Service D) : 16h00

ES8 El Zauco 1 (25.23 km) : CRASH DE HIRVONEN

Invariablement 2e des six premières spéciales de l'étape 1, Mikko Hirvonen part en tonneaux après 1.7 km. Plus habitué à se retrouver à lutter avec les cadors, le Finlandais laisse sa Focus en fâcheuse posture, bloquée sur le bas côté.

Pénible reprise, décidément, pour les teams M-Sport managés par Malcom Wilson. Son fils Matthew Wilson, qui pilote pour l'équipe satellite Stobart - VK, sort de la route lui aussi, juste après le départ. La Focus du jeune britannique est elle aussi bloquée et l'abandon est la seule issue à cette deuxième journée.

Scratch de Sébastien Loeb (Citroen), qui prend la tête de l'épreuve à Petter Solberg (Subaru) pour 0.7 sec ! Le Norvégien incrime son choix de pneus à l'arrivée.

6e chrono pour Chris Atkinson, spécialiste de la terre, dont la Subaru Imprea officielle a fait une vrille aérienne dans l'ES5, vendredi. Comme pour Gronholm, le SupeRallye est une providence pour l'Australien.

On remarque les superbes 3e et 4e places au général de Manfred Stohl, sur Peugeot 307, et Dani Sordo, sur la 3e Citroen Xsara de Kronos Racing. L'Autrichien est à 2 min 07.5 sec, l'Espagnol, champion du monde Junior 2005, à 2 min 20.9 sec.

ES9 Duarte 1 (23.75 km) : SOLBERG REPREND LA MAIN

Une spéciale sinueuse qui débute sur une route large mais poussierreuse et qui passe d'une terre dure à une surface sablonneuse plus douce. Final à plus de 2.500 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Le scratch de Solberg, en 18 min 07.4 sec, met Loeb 4.2 sec, ce qui est suffisant pour faire descendre le double champion du monde français de son piédestal. 3.5 sec les séparent au général.

ES10 Derramadero 1 (23.27 km) : PETTER FAIT DE LA RESISTANCE

Chacun son tour : Loeb est cette fois le plus rapide, en 14 min 03.6 sec. Mais Solberg s'accroche, 2e à 1.5 sec. Le différentiel tombe à 2.0 sec au général.

Sordo, champion JWRC 2005, continue de s'affirmer au volant de la 3e Xsara de Kronos Racing. L'Espagnol est 3e sur le tronçon, à 18.3 sec.

Assistance (Service E) - León (30 minutes) : 20h42

Sébastien Loeb (Citroën Kronos) : "Cette boucle (ES8, 9, 10) se compose de trois spéciales aux caractéristiques très différentes, d'où un choix de pneus et un retaillage qui sont forcément des compromis. Nous étions 'mieux' que Petter dans la première ES, moins bien que lui dans le sable de 'Duarte". Quant à la troisième, elle est très différente de ce qu"elle était l'an dernier. Elle était plutôt 'dure' pour les pneus, mais ses deux premiers tiers ont été rechargés en sable et en graviers, peut-être par les services d"entretien. De plus, beaucoup de pierres sont sorties, on trouve sur la route des branches, et quelques animaux en vadrouille. Il faut être très vigilant. Et essayer maintenant, pour la deuxième boucle, de faire le bon choix pneumatique."

ES11 El Zauco 2 (25.23 km) : LA BAGARRE CONTINUE

Déjà le plus rapide dans le premier passage (ES8, en 16 min 40.6 sec), Loeb réédite sa performance, en 16 min 21.4 sec. Mais Solberg ne le lâche pas ! Le Norvégien n'est qu'à 0.3 sec ! L'écart entre les inséparables se réduit donc à 1.7 sec.

ES12 Duarte 2 (23.75 km) : LOEB DE RETOUR AU POUVOIR

Loeb revient encore à la charge. Le plus rapide en 17 min 44.0 sec (18 min 07.4 sec pour Solberg dans l'ES9), le double champion du monde en titre prend 6.5 sec au Norvégien (2e), ce qui lui permet de repasser son rival au général. 4.8 sec entre eux les top guns.

Loeb et Solberg sont vraiment au-dessus du lot, car Atkinson (Subaru) est 3e à 17 sec, et Grönholm (Ford) 4e à 17.6 sec. Même si les deux hommes conduisent depuis leurs sorties de route, hier, une séance d'essais grandeur nature.

ES13 Derramadero 2 (23.27 km) : LOEB FAIT UN BOND

Est-ce l'instant décisif de cette 3e manche du Mondial 2006 ? On peut le penser car Loeb, le plus rapide, distance Solberg, direction assistée endommagée, de 23.7 sec. L'avance du Français au classement général bondit ainsi à 28.5 sec.

Mais entre le Français et le Norvégien, chacun a eu son lot d'impondérables. Lancé à fond de 3e, "Seb" a dut effectuer un freinage d'urgence pour contourner au pas un troupeau barrant la route, lâchant cinq secondes. "Avec une direction cassée, on peut perdre jusqu'à six secondes par kilomètres, mais je n'en ai perdu que 4.5 sec", a expliqué, dépité, le Nordique. "Tout reste possible. Il (Loeb) peut commettre une erreur, je peux aussi en faire une."

Assistance (Service F) - León (30 minutes) : départ à 01h29

ES14 Superspecial 2 (4.42 km) : "C'ETAIT CHAUD"

"On a un peu plus d'air pour dimanche mais il va quand même falloir attaquer et rouler fort parce que Petter va le faire, a déclaré Sébastien Loeb vainqueur du scratch. Aujourd'hui, c'était 'chaud' dans tous les sens du terme, avec surtout tout ce que l'on a pu trouver sur la route entre les chiens, les vaches, les pierres posées par les gens, et un pont barré. " Alors qu'il ne reste que trois portions chronomètrées au menu de dimanche dont une superspéciale (4,42 km), sa seule véritable opportunité se situe dans l'ES15, la plus longue du rallye (38,22 km).

Assistance (Service G) - León (45 minutes) : 03h19

0
0