Ford WRT

Pour Loeb, Hirvonen est "à un très haut niveau"

Pour Loeb, Hirvonen est "à un très haut niveau"
Par AFP

Le 03/08/2009 à 14:00Mis à jour

Mikko Hirvonen (Ford WRT) devient encombrant pour Sébastien Loeb (Citroën WRT), et l'air du pays n'expliquait pas tout le week-end dernier. Le Finlandais se bonifie constamment, depuis des années. Au point de mieux résister à la pression que Marcus Grönholm, son prédécesseur dans la Focus.

Rassuré, serein, lucide, Sébastien Loeb, 2e du rallye de Finlande dans sa Citroën C4 à 25.1 sec d'un Mikko Hirvonen intouchable dans sa Ford Focus, a quitté Jyvaskyla avec le sourire... et huit précieux points dans sa besace de chasseur de Finlandais. "Deuxième, c'est un résultat correct parce qu'on est en Finlande. Ce n'est jamais facile de se dire qu'on ne peut pas gagner mais Hirvonen a roulé un ton en dessus de l'an dernier. Et ça fait quand même du bien de finir un rallye sans gros problème" , a confié le quintuple champion du monde après l'arrivée.

"Mikko a pris le temps d'apprendre, il a eu la chance qu'on lui donne le temps et maintenant il est à un très haut niveau. Ce week-end j'ai eu plusieurs fois l'impression d'être à la limite de ce qu'on pouvait faire, sans pouvoir lui reprendre quoi que ce soit. Au mieux, on était à son niveau".

"J'ai les cartes en main"

Depuis ses débuts en WRC, Loeb a vu défiler beaucoup de pilotes, en a envoyé la plupart à la retraite (Sainz, McRae, Grönholm, etc.), donc quand il tresse des lauriers à Hirvonen c'est tout sauf de l'intox. "Seb" respecte Mikko comme il respectait Marcus et la bagarre pour ce titre 2009 va sûrement lui plaire.

A une seule condition : qu'il ait les moyens de se battre, que les trois prochains rallyes (Australie, Catalogne, pays de Galles) se jouent vraiment à fond de bout en bout, ne soient pas perturbés par un caillou (comme en Sardaigne, 4e), une souche (comme en Pologne, 7e) ou une ornière (comme en Finlande samedi, dans l'ES15), même si cela fait aussi partie de la course. "Une deuxième place, c'est mieux que rien, et pour le championnat ce n'est pas catastrophique. J'ai quand même les cartes en main parce que si je gagne les trois rallyes qui restent, je gagne le championnat", a conclu le sportif préféré des Français, grand spécialiste des séries victorieuses.

En début d'année, l'Alsacien avait raflé les cinq premiers rallyes au menu, de l'Irlande à l'Argentine en passant par la Norvège, Chypre et le Portugal, et creusé un écart qu'Hirvonen lui-même pensait impossible à combler. Il va tout faire pour gagner les trois derniers, Hirvonen aussi. Suspense garantie.

0
0