Il n'y avait plus qu'à assurer et il l'a fait. En tête avant la dernière spéciale du jour, le Français Sébastien Ogier (Toyota) est devenu, avec son copilote depuis douze ans Julien Ingrassia, champion du monde des rallyes pour la septième fois de sa carrière, dimanche, en remportant le Rallye de Monza, sa 49e victoire en WRC, devant l'Estonien Ott Tänak et l'Espagnol Dani Sordo (Hyundai). Après quatre titres chez Volkswagen (2013-2016) et deux pour Ford (2017, 2018) dans l'écurie privée M-Sport, Ogier, 36 ans, rejoint dans la légende le Finlandais Juha Kankkünen, seul autre pilote sacré dans des voitures de trois marques différentes (Peugeot, Lancia, Toyota).

Rallye de Monza
Ogier : "Je ne saute pas en l'air, car ce n'est pas le moment"
06/12/2020 À 15:39

Ogier a réussi à conserver 14 secondes d'avance sur Tänak pour valider son 7e titre mondial. Alors qu'il n'était "que" (pour ainsi dire) deuxième du classement des pilotes avant ce Rallye de Monza à 14 points de son coéquipier Elfyn Evans, il a parfaitement profité de la sortie de route de ce dernier samedi pour le coiffer au poteau lors de cette ultime manche de la saison 2020. Le pilote français aura 37 ans dans quelques jours (le 17 décembre). Il avait envisagé d'arrêter le rallye à la fin de l'année. Mais en pleine pandémie, il a resigné pour un an avec Toyota, car il voulait absolument finir en beauté, pas comme vice-champion d'Evans à la fin d'une demi-saison.

Loeb, mentor puis rival

Ce 7e sacre, Ogier le doit aussi à son copilote Julien Ingrassia, son associé depuis douze ans. L'Aixois connaît son Seb comme la poche de sa combinaison et il ne l'a jamais déçu. Ils sont aussi inséparables que complémentaires, comme Loeb et Daniel Elena à leur époque.

Vainqueur de la sélection Rallye Jeunes de la Fédération française du sport automobile (FFSA) en 2005, Ogier a vécu une ascension fulgurante. En 2008, il est devenu le premier pilote engagé en Junior WRC à inscrire un point en Championnat du monde. Cette même année, il a fait ses premiers pas en WRC lors du Rallye de Grande-Bretagne, qu'il a mené avant d'abandonner. Puis il a dû attendre le retrait progressif de Sébastien Loeb pour devenir le nouveau taulier du championnat.

Loeb l'avait inspiré puis aidé à rentrer chez Citroën. Mais ces deux champions au très fort ego ne pouvaient pas cohabiter sereinement dans un espace aussi restreint, ce qui a provoqué l'éviction d'Ogier en 2011. Le Gapençais a mangé son pain noir, a fait une saison en WRC2 dans une Skoda, puis il s'est mis à rafler victoires et titres, six d'affilée, pendant que Loeb se lançait en rallycross et découvrait le Dakar, avant de revenir faire quelques piges en WRC pour Hyundai.

Sébastien Ogier sur la rallye de Monza

Crédit: Getty Images

Plus populaire en Allemagne qu'en France

Ogier a épousé une Allemande, la présentatrice de télévision Andrea Kaiser, mère de son petit garçon, et il bénéficie d'une très grande popularité outre-Rhin, en raison de ses années couronnées de succès chez Volkswagen. Le Haut-Alpin a traversé la frontière, il réside en Suisse, pour des raisons fiscales évidentes, comme Loeb. Mais de nature plus discrète, il est moins médiatisé que son illustre aîné dans l'Hexagone.

Issu d'un milieu modeste, avec un père chauffeur livreur de fuel et une mère comptable, Ogier aurait pu être moniteur de ski. Il n'a pour diplôme qu'un BTS mécanique mais il sait faire beaucoup de choses. Il a même été champion de France de boule lyonnaise, avant de se lancer en rallyes.

En 2019, comme il avait une revanche à prendre, il a accepté de s'engager avec Citroën pour deux ans mais l'expérience ne l'a pas convaincu. Il est parti chez Toyota pour rebondir avant la retraite et la marque aux chevrons a quitté le WRC. Il a bien rebondi, puisqu'il est désormais l'égal de Lewis Hamilton en F1, avec sept couronnes, et pointe à deux unités du record absolu de Loeb en WRC... Même s'il répète ne pas en faire un objectif.

Avec AFP

Rallye de Monza
Evans dans le décor, Ogier sur la voie royale
05/12/2020 À 19:03
Rallye de Monza
Ogier, en tête devant Sordo, peut toujours croire au titre mondial
05/12/2020 À 12:59