From Official Website

Grönholm de bon matin

Grönholm de bon matin
Par AFP

Le 31/08/2007 à 07:15Mis à jour

Marcus Grönholm (Ford WRT) a capitalisé sur les deux premières spéciales du Rallye de Nouvelle Zélande pour achever en tête l'étape 1, vendredi, 13 secondes devant Sébastien Loeb (Citroën WRT).

Le Finlandais Marcus Grönholm (Ford Focus) s'est installé au commandement dès le début du rallye de Nouvelle-Zélande puis il a résisté aux assauts du Français Sébastien Loeb (Citroën C4) pendant tout le reste de la 1re étape, vendredi près d'Hamilton.

Quatre fois vainqueur de ce rallye, Grönholm, malgré un rhume et le handicap d'ouvrir la route, pointait en tête à midi, à l'assistance de Mystery Creek, avec 14 secondes d'avance sur Loeb, victorieux en Nouvelle-Zélande en 2005 mais absent l'an dernier, pour cause de bras fracturé dans une chute en VTT.

Quelques heures plus tard, le double champion du monde finlandais était encore en tête et son avance n'avait fondu que d'une petite seconde après plus de 60 km chronométrés supplémentaires, ceux de la deuxième boucle de la journée et de la super-spéciale de Mystery Creek, où l'Australien Chris Atkinson (Subaru Impreza) a fait le meilleur chrono.

Consolation pour le triple champion du monde français, ses performances se sont améliorées au fur et à mesure de la 1re étape. Il a d'abord perdu deux fois sept secondes dans l'ES 1 (Pirongia West 1, 18 km) et l'ES2 (Waitomo 1, 43 km) sur un Grönholm enrhumé, mais bien réveillé, qui avait signé les deux premiers temps scratch.

Trou béant

Scénario différent l'après-midi, puisque dans Pirongia West 2 (ES3) et Waitomo 2 (ES4), Loeb a réussi à devancer Grönholm de quelques dixièmes de seconde, deux fois de suite. C'était bon pour le moral, mais pas assez pour le classement général, sur un terrain très apprécié par le Finlandais.

Derrière les deux maîtres absolus du rallye mondial, un trou béant a déjà été creusé avec le reste du peloton, puisque le leader comptait vendredi soir, après cinq spéciales, 50 secondes d'avance sur son jeune compatriote Mikko Hirvonen, sur l'autre Focus de pointe, et une minute 20 secondes sur Atkinson, plus à l'aise que Petter Solberg dans sa Subaru bleue.

Deux "gentlemen drivers" sont mal partis pour amortir leur coûteux déplacement aux antipodes: l'Espagnol Xevi Pons (Subaru Impreza), sorti de la route après 3 km dans l'ES3 alors qu'il était 7e devant les deux frères Petter et Henning Solberg; l'Autrichien Manfred Stohl (Citroën Xsara), arrêté pour une raison encore indéterminée.

La 2e étape, samedi, avec encore 130 km chronométrés dans six spéciales toutes différentes, allait permettre de savoir si Loeb était vraiment en mesure de contester la suprématie de Grönholm dans ce rallye du bout du monde, et surtout de lui reprendre du terrain. Pas évident.

0
0