Ça promet !

Ça promet !
Par Eurosport

Le 17/04/2010 à 18:22Mis à jour

Sébastien Loeb (Citroën C4) a pris la tête du Rallye de Turquie, samedi, à la suite d'une crevaison de Sébastien Ogier dans la 15e épreuve spéciale, mais n'aura dimanche matin qu'une poignée de secondes d'avance sur Petter Solberg (Citroën C4) et Mikko Hirvonen (Ford Focus).

Avec encore 115 km chronométrés en six spéciales dimanche, rien n'est joué face aux deux pilotes nordiques, le Norvégien Solberg et le Finlandais Hirvonen, qui pendant deux jours ont fait une course quasi-parfaite, comme Sébastien Loeb, et évité tous les pièges des pistes turques. Sébastien Ogier, en tête depuis vendredi matin, espérait avoir "un peu de chance" samedi.

Il a crevé son pneu avant gauche au 10e km de l'ES15 (Ulupelit 2), longue de 13 km, et a préféré s'arrêter pour changer de roue, ce qui lui a fait perdre trois minutes et rétrograder à la 5e place du classement général. Mais cela n'enlève rien à la qualité globale de sa prestation en Turquie. Loeb, qui était déjà revenu à la 2e place après l'ES14, à quelques secondes d'Ogier, en a profité pour prendre les commandes. La boucle de l'après-midi, avec plusieurs kilomètres d'asphalte entrecoupés de portions très cassantes, lui a permis de signer trois temps scratch sur quatre (ES14, ES16, ES17), contre un seul pour Hirvonen (ES15).

Ogier a brillé

Parti samedi matin de Pendik, dans la banlieue d'Istanbul, avec 5 secondes d'avance sur Dani Sordo et 12 sur Hirvonen, Ogier, champion du monde Junior en 2008, est rentré à midi avec 11 secondes d'avance sur Petter Solberg, 2e, et une quinzaine sur Hirvonen, Loeb et Sordo, groupés en moins d'une seconde. Comme vendredi matin, les trois principaux animateurs du rallye se sont partagé les premiers temps scratch du jour: deux pour Solberg (ES10, ES13), un pour Hirvonen (ES11) et un pour Ogier (ES12), malgré le handicap d'ouvrir et balayer la piste... sauf sur les 13 km asphaltés du début de l'ES11.

L'autre Finlandais en Ford, Jari-Matti Latvala, s'est fait surprendre dès le premier kilomètre de cette spéciale hybride, disputée intégralement en pneus terre. Parti en tonneau, il a abandonné le combat et, comme souvent l'an dernier, a laissé Hirvonen se débattre tout seul au milieu des C4 déchaînées. Samedi soir, Hirvonen était donc tout seul au milieu de cinq C4 dont celle de Kimi Räikkönen, l'ancien champion du monde de F1, excellent 6e devant les Ford Focus de Federico Villagra et Matthew Wilson. Reste à savoir si Mikko, le vice-champion du monde en titre, ira chercher la victoire dimanche, ou s'il se satisfera d'une place sur le podium. Les paris sont ouverts.

0
0