Coup double pour Elfyn Evans (Toyota). Vainqueur en Turquie, le Gallois a pris les commandes du championnat du monde. "C'était un week-end difficile", a réagi Evans, qui a désormais trois victoires au compteur, en WRC. "J'ai essayé de bien piloter et de rester au milieu de la route, c'était la bonne solution. Je suis conscient que j'ai eu un peu de chance et je n'aime pas hériter de la place des autres, de cette manière, mais c'est la nature même du rallye de Turquie". C'est la deuxième victoire cette saison pour Evans, après la Suède en février. Elle lui permet de compter 18 points d'avance sur Ogier à deux manches de la fin de cette campagne 2020 interrompue et écourtée par la pandémie de coronavirus.

Evans a profité, entre autres incidents de course, d'une crevaison puis d'une grosse défaillance mécanique sur la Toyota d'Ogier, dimanche matin. "C'est un désastre, ce n'est pas notre week-end", a résumé Ogier sur son compte Twitter. Une crevaison dans Cetibeli (ES9, 38 km), la spéciale la plus longue et la plus redoutée du rallye, a d'abord fait perdre près d'une minute à Ogier, en début de matinée. Comme Thierry Neuville et Sébastien Loeb ont aussi crevé sur les cailloux turcs, dans cette même spéciale, Evans est passé en tête.

Rallye de Turquie
Tänak out, Ogier et Neuville à la bagarre
19/09/2020 À 10:19

Le Gallois a pu entamer la dernière boucle de deux spéciales avec une jolie marge de sécurité sur ses rivaux: 42 secondes d'avance sur Neuville, 46 sur Ogier et 51 sur Loeb, qui visaient tous une place sur le podium. La Toyota d'Ogier immobilisée dans l'ES11 dans un nuage de fumée, Evans a ensuite assuré pour remporter ce rallye qu'il avait manqué l'an dernier car blessé au dos. Sa première victoire remonte à 2017, en Grande-Bretagne, et il a déjà pris 90 départs en WRC, accumulant beaucoup d'expérience.

Loeb remonte sur le podium

La Power Stage finale (ES12) a permis à Neuville de prendre cinq points de bonus au championnat et à son coéquipier Ott Tänak, victime samedi d'un problème de direction, d'en prendre quatre pour préserver le suspense dans la course au titre mondial. "Je pense qu'on aurait mérité de prendre plus de points ce week-end, mais ça fait quand même du bien de remonter sur le podium", a réagi Neuville, heureux de sa performance et du fait que "la voiture marchait vraiment bien, après certains changements samedi après-midi".

"Nous avons fait partie des équipages malchanceux qui ont crevé dans la première spéciale, ce qui nous a empêchés de remporter la victoire. Mais avec les cinq points de la Power Stage, on peut dire qu'on a fait le maximum", a ajouté le Belge. Loeb et son fidèle copilote Daniel Elena, très efficace sur les réseaux sociaux, n'étaient plus montés sur un podium du WRC depuis leur 3e place au rallye du Chili, l'an dernier. Ils se battaient pour la deuxième place quand ils ont crevé dans l'ES9, comme beaucoup d'autres.

"C'était une journée difficile et la première spéciale ce matin était un peu comme une loterie, sauf qu'on avait pas les bons numéros. Il y avait beaucoup de poussière alors j'ai fait attention. Quand on a crevé, il ne nous restait plus que dix pages de notes alors on a décidé d'aller au bout de la spéciale, mais j'ai perdu le pneu complètement donc j'ai dû beaucoup ralentir". Tout va donc se jouer sur les pistes de Sardaigne en octobre, puis en Belgique en novembre, sur des petites routes autour d'Ypres. Entre Evans et Ogier pour le titre pilotes, mais aussi entre Toyota et Hyundai pour celui des constructeurs, la bagarre sera rude. Comme en Turquie.

Rallye de Turquie
Comme au bon vieux temps : Loeb devant après deux spéciales
18/09/2020 À 16:46
Rallye de Turquie
Neuf mois plus tard, Loeb prépare son retour en Turquie
25/08/2020 À 14:55