Citroën Racing

Loeb et les autres

Loeb et les autres
Par Eurosport

Le 06/03/2010 à 23:23Mis à jour

Sébastien Loeb a parfaitement négocié la deuxième étape du Rallye du Mexique en creusant un écart conséquent sur son dauphin, Petter Solberg, et surtout sur Mikko Hirvonen, relégué à près de deux minutes.

Sébastien Loeb (Citroën WRT) n'a pas fait dans la demi-mesure, samedi. En signant l'ensemble des temps scratches de l'étape 2 - à l'exception de la deuxième super spéciale -, le sextuple Champion du monde s'est construit une avance de plus de 50 secondes sur son dauphin avant les trois dernières spéciales du rallye, dimanche. Le Français se devait d'attaquer pour repousser son rival Mikko Hirvonen (Ford WRT) le plus loin possible au classement général.

    Alors, dès les premières courbes d'Ibarilla 1, Loeb a montré qu'il était bien le patron sur les routes mexicaines. Sur une épreuve qu'il a remportée à trois reprises (2006-2007-2008), il a d'emblée collé 10.3 secondes à Hirvonen sur le premier tronçon. Ce dernier semblait même se décomposer au fur et à mesure que la journée avançait. "Je pensais que ça irait mieux que le premier jour mais en fait pas vraiment. C'est étrange", indiquait-il.

    Hirvonen : "On a fait ce qu'on a pu"

    Troisième du classement général avant le départ de la deuxième étape, Sébastien Loeb a rapidement passé Sébastien Ogier (Citroën Junior) dès la première spéciale puis a avalé Petter Solberg (Citroën Solberg) dans la suivante. Leader après l'ES11, il a alors conclu la boucle matinale avec 16.6 secondes d'avance sur son dauphin. 'Seb' a ensuite continué sur sa lancée en début d'après-midi puis a enfoncé le clou dans Duarte 2 et Derramadero 2 repoussant son plus proche adversaire aux portes de la minute. Pis, Mikko Hirvonen a terminé la journée à près de deux minutes !

    Inlassablement, les mêmes phrases sont alors revenus dans la bouche des battus : "Il va très vite comme toujours", lâchait Ogier. "On a fait ce qu'on a pu", déclarait, de son côté, Hirvonen. "Il a beaucoup d'avance", concluait Solberg. Le Norvégien a tout tenté pour limiter la casse mais sa position d'ouvreur ne l'a pas vraiment aidé. "C'était très glissant et donc très difficile", expliquait-il. Malgré cela, il s'est bien battu avec Sébastien Ogier tout au long de la journée. Le Français a finalement ralenti dans la dernière spéciale pour laisser la deuxième place - synonyme de balayage plus important, dimanche - à Solberg.

    Derrière ce trio de tête, Jari-Matti Latvala (Ford WRT) et Mikko Hirvonen ont tenté de surnager mais ne sont jamais apparus dans le coup. Ils auront bien du mal à monter sur le podium du rallye dimanche. Enfin, dès les premiers kilomètres de l'étape, trois pilotes ont été contraints à l'abandon. Dani Sordo (Citroën WRT) et Ken Block (Ford) ont cassé une suspension tandis que Matthew Wilson (Ford Stobart) est sorti de la route et resté coincé avec trois roues dans le vide.

    0
    0