Getty Images

Sébastien Loeb (Citroën WRT) : "Je ne me surprends pas"

Loeb : "Je ne me surprends pas"

Le 10/03/2018 à 10:10Mis à jour Le 10/03/2018 à 10:11

RALLYE DU MEXIQUE - Sébastien Loeb (Citroën WRT) n'a pas tardé à retrouver les belles places pour son retour en Mondial. Vendredi, il s'est même payé deux scratches et a fini la journée en deuxième position, à quelques secondes du leader, Dani Sordo (Hyundai MST).

A 44 ans, Sébastien Loeb (Citroën WRT) a encore de quoi en remontrer. Peu en doutaient, mais il n'avait pas choisi la facilité en choisissant de reprendre du service au volant d'une machine en version 2017, encore plus puissante que la génération datant de son dernier engagement en Mondial, au Rallye Monte-Carlo en 2015.

Bien sûr, le plus grand rallyman de tous les temps bénéficiait d'une 11e position de passage avantageuse sur la terre mexicaine vendredi, mais encore fallait-il la fructifier. Lors de cette première journée de la 3e manche du Mondial, le nonuple champion du monde a retrouvé spontanément ses bonnes habitudes, ses sensations, les chronos et le plaisir qui va avec.

"On a perdu du temps à droite à gauche mais le bilan est encourageant", a raconté l'Alsacien, rentré en deuxième position au soir de l'étape 1, à 7"2 du leader Dani Sordo (Hyundai MST). "Je ne me surprends pas mais je suis content d'être là", a-t-il poursuivi. "Après six ans d'absence, ce n'était pas gagné d'avance de se retrouver dans cette position face à une telle concurrence. Les voitures ont changé, il y avait beaucoup d'inconnues."

Sébastien Loeb (Citroën WRT) au Rallye Mexique 2018

"On se fait quelques frayeurs, mais tout va bien"

L'ES7 "El Chocolate 2" a même été le théâtre de son 907e scratch en championnat du monde, son premier depuis plus de trois ans. "Je n'avais pas l'impression d'être allé vite", a-t-il confié. "J'avais changé ma façon de rouler (ndlr : par rapport à la 1re boucle), faire le scratch a donc été une bonne surprise. C'était la spéciale que je ne connaissais pas, je ne savais pas à quoi m'attendre. La performance rajoute du plaisir. On s'amuse, c'est sympa, c'est une voiture top à conduire."

Dans le baquet d'à-côté, Daniel Elena, a confirmé que rien n'avait changé, finalement. "Je ne suis pas surpris", a commenté le Monégasque, indéfectible associé des 78 victoires de Loeb en Mondial. "Je connais le potentiel de Seb. On a roulé il n'y a pas longtemps au Rallye du Var et c'est comme si on n'avait jamais arrêté. On savait qu'on disposait d'une position favorable et Seb a su exploiter. Le matin, on est monté en régime et, l'après-midi, on était mieux. On prend beaucoup de plaisir, on rigole, on se fait quelques frayeurs, mais tout va bien. On n'a aucune pression. Vu ce qu'on a fait aujourd'hui, on n'est peut-être pas là pour cueillir les champignons samedi et dimanche. On va lutter jusqu'au bout mais il n'y a pas de pression. Le plus gros du terrain qui nous est inconnu est passé, c'est forcément encourageant (...) Sébastien a préparé ça encore mieux qu'avant. Il ne prend pas les choses à la rigolade, il a envie de bien faire."

0
0