Getty Images

Tänak sauve à peine les meubles chez Hyundai

Tänak sauve à peine les meubles chez Hyundai

Le 15/03/2020 à 11:35Mis à jour Le 15/03/2020 à 11:49

RALLYE DU MEXIQUE - Le champion du monde en titre Ott Tänak a terminé deuxième samedi de la troisième manche du Mondial, cerné par trois Toyota dans le Top 5 dont celle du vainqueur, Sébastien Ogier. Mais il s'agit là du seul résultat significatif pour Hyundai, par ailleurs passé à côté.

Deuxième à 27"8 de Sébastien Ogier (Toyota WRT), Ott Tänak (Hyundai MST) sait qu'il aurait pu remporter sa première victoire avec son nouvel employeur, samedi soir au Mexique. Champion du monde avec Toyota en 2019, l'Estonien a donc mis derrière lui sa spectaculaire cabriole du Rallye Monte-Carlo avec deux places de dauphin, puisqu'il n'avait été battu que par Elfyn Evans (Toyota WRT).

Mais il aurait pu obtenir plus que ça. "Nous avions le niveau de performance pour gagner ce week-end, a-t-il expliqué. L'incident de vendredi est de mon fait, j'en assume l'entière responsabilité." Dans l'ES4, il avait endommagé une suspension de son i20 contre une pierre et perdu 45 secondes sur Sébastien Ogier. Une réparation de fortune avec quelques pièces de secours lui avait permis de finir la 1re étape.

Hyundai a laissé le pouvoir à Toyota

Ce n'était que le début d'un rallye compliqué pour Hyundai, le constructeur champion du monde en titre. Ce même vendredi, l'Espagnol Dani Sordo a perdu pied dès l'ES3, victime d'une surchauffe de moteur, et le Belge Thierry Neuville, vainqueur en Principauté, a abandonné à cause d'un problème électrique dans l'ES9 alors qu'il était troisième.

Le quadruple vice-champion du monde est reparti en rallye 2 samedi et pour finir avec huit meilleurs temps en spéciale mais cela n'a pas empêcher le directeur d'équipe, Andrea Adamo, de faire ce constat tranchant : "De telles choses ne devraient pas arriver au sein d'une équipe professionnelle visant le titre mondial."

Le Finlandais Teemu Suninen (Ford M-Sport) troisième à 37"9, le Britannique Elfyn Evans et un autre Finlandais, Kalle Rovanperä, 19 ans, ont refermé le Top 5, confirmant la prise de pouvoir en Suède de la firme nippone au championnat du monde des constructeurs. Avec 21 points d'avance sur la marque sud-coréenne.

"On ne peut pas nier que ce rallye a été piégeux pour nous à de nombreux points de vue, a avoué Andrea Adamo, à l'arrivée. Nous aurions dû terminer à de meilleures positions et nous n'avons pas été capables de gérer ce que je me permets tout de même d'appeler un gain en performance de la voiture. Est-ce suffisant ? Je ne sais pas. Il va falloir analyser nos erreurs afin de s'assurer qu'elles ne se reproduisent pas."