Panoramic

Coupe du monde : Face au Canada, la France ne veut pas calculer

Face au Canada, les Bleues ne veulent pas calculer
Par AFP

Le 30/09/2014 à 00:29Mis à jour Le 30/09/2014 à 00:34

Malgré la perspective de jouer les Etats-Unis en quart de finale, la France doit battre le Canada (20h15) si elle veut s'offrir un barrage plus aisé. Pour les Bleues, pas question de calculer.

La France va tenter de faire abstraction des calculs lors de son troisième et dernier match de phase de poules mardi (20h15) face au Canada, qui déterminera son avenir lors du Mondial 2014 en Turquie. Les vice-championnes olympiques et d'Europe ont perdu tout espoir d'accéder directement en quarts de finale et devront en passer par une rencontre de barrage mercredi. Contre qui ? L'identité de leur futur adversaire dépendra justement de leur résultat face aux Nord-Américaines. En cas de victoire, les partenaires de Céline Dumerc hériteraient d'une équipe à leur portée - le Japon ou le Brésil - mais verraient les États-Unis, la meilleure équipe de la planète, se dresser sur leur route en quarts. Si, à l'inverse, elles perdent, elles retrouveraient ensuite une nation forte - l'Espagne, championne d'Europe, ou la République tchèque, finaliste du Mondial 2010 - avec un quart de finale hypothétique contre l'Australie, l'un des plus sérieux prétendants au podium.

La tentation est grande d'éviter à tout prix les étoiles américaines, huit fois championnes du monde et victorieuses des cinq dernières éditions des JO. Mais au vu de son niveau actuel, la France ne peut pas se permettre de "négliger un match", selon son sélectionneur Valérie Garnier. "L'équipe a besoin de s'affirmer dans son jeu, de gagner dans la difficulté. Et puis, je ne suis pas adepte de ce genre de calcul", souligne la technicienne. "On ne va pas perdre volontairement un match sous prétexte de jouer une autre équipe", renchérit l'intérieure Marielle Amant. La pivot de Villeneuve d'Ascq espère que le groupe gagnera "davantage de confiance" en jouant le jeu face au Canada, après une défaite rageante contre la Turquie (48-50) et une victoire fleuve contre le Mozambique (89-45).

Emilie Gomis et Celine Dumerc

Emilie Gomis et Celine DumercAFP

Miyem encore incertaine

La sélection canadienne est bien connue des Bleues. Cinq de leurs joueuses évoluent dans le championnat de France (Thorburn, Gaucher, Ayim, Murphy, M.Plouffe) et les deux équipes se sont déjà rencontrées à vingt-neuf reprises. Si les Tricolores ont remporté les quinze derniers duels, cela n'a pas toujours été simple, en particulier en compétition. "C'est une équipe qui joue très dur physiquement et qui développe un basket très agressif par son attitude", souligne Valérie Garnier. "Cela va être amusant de jouer contre la France. On va essayer de jouer de notre mieux en étant hyper physiques et on verra bien", prévient l'arrière Lizanne Murphy, qui évolue à Angers.

Les plus anciennes, comme Céline Dumerc, Sandrine Gruda et Emilie Gomis, pourront se rappeler au bon souvenir du match remporté, dans la même salle (Ankara Arena), il y a plus de deux ans lors du tournoi de qualification pour les Jeux de Londres (56-47). L'équipe de France espère bénéficier du retour de l'intérieure Endy Miyem, qui a manqué les deux premiers matches à cause d'une blessure au mollet gauche. La joueuse de Bourges, qui fait partie des cadres de l'effectif, devait passer des tests dans la journée pour évaluer son aptitude à de nouveau fouler les parquets.

0
0