AFP

JO - Boxe : Tony Yoka sacré champion olympique en super-lourds, la 42e médaille française

Yoka conclut en beauté, avec un titre olympique

Le 22/08/2016 à 00:21

JO RIO 2016 - Tony Yoka a remporté la médaille d'or en catégorie super-lourds (+91 kg) en battant le Britannique Jonathan Joyce en finale des Jeux Olympiques. Une première pour un Français. Le boxeur licencié aux Mureaux apporte la 42e médaille de la délégation française à Rio, la dixième en or et la sixième de la boxe tricolore qui a ramené deux titres.

Un couple en or. Un été inoubliable pour la boxe française. Tony Yoka a décroché le plus beau des métaux pour mettre un terme à cette aventure historique à Rio. Deux jours après l'or de sa compagne Estelle Mossely dans la catégorie des -60 kg, le boxeur licencié aux Mureaux l'a imitée en montant sur la plus haute marche du podium olympique grâce à sa victoire sur le Britannique Jonathan Joyce en finale, sur décision des juges dans la catégorie super-lourds (+91 kg).

La boxe tricolore ne pouvait pas rêver d'une plus belle fin pour cet été. Elle a ramené six médailles du Brésil, son meilleur total sur un tournoi olympique. Et Tony Yoka a conclu cette moisson d’exception avec cette médaille d'or tant attendue. A 24 ans, le Français voulait ce métal, rien de moins. En devenant l'année passée le premier champion du monde français de boxe amateur en catégorie super-lourds (+91 kg), il ne pouvait pas viser autre chose. Et il a assumé son statut à merveille.

Il va passer pro

Diminué par une blessure à la cheville contractée en demi-finale et forcément moins mobile que d’habitude, Tony Yoka a livré un combat solide en finale face à Jonathan Joyce qu'il avait battu en demi-finale, sur la route de son titre mondial en 2015. Le Britannique a régulièrement avancé et s'est montré le plus entreprenant. Mais, plus technique, plus tactique et tout simplement plus complet, Yoka a bloqué les nombreux coups de son adversaire et a touché quand l'occasion s'est présentée.

Aux anges à la fin du troisième round, soulagé d'avoir accompli à la perfection sa mission, "l'artiste" comme il est surnommé a alors pu laisser exploser sa joie. Et sauter dans les bras d'Estelle Mossely. "Je savais qu'il ne pouvait pas me battre, il était moins bon que moi", a-t-il ensuite expliqué au micro de France TV avant d'être félicité par Teddy Riner. "Il faut croire en ses rêves, il faut aller jusqu'au bout. La force d'un vrai champion, ce n'est pas d'arriver en haut mais c'est d'y rester. J'étais champion du monde, maintenant je suis champion olympique."

Quatre ans après avoir vécu une désillusion à Londres où il avait été sorti dès le premier tour, Tony Yoka, fils d'un boxeur professionnel d'origine congolaise, devient le premier Français sacré champion aux Jeux dans la catégorie reine, celle des super-lourds. Deux jours après avoir vu sa compagne offrir à la boxe française sa première médaille d'or olympique depuis Brahim Asloum en 2000 à Sydney. L'histoire ne pouvait pas être plus belle. Mais lui pense déjà à demain. "J'ai fait le tour de la boxe olympique, je suis devenu champion olympique, champion du monde, je n'ai que 24 ans. Je vais faire comme Anthony Joshua et passer pro", a-t-il annoncé. On a hâte de voir la suite de sa carrière.

Tony Yoka, dernier médaillé français des Jeux de Rio
0
0