L'OM n'est pas abattu

L'OM n'est pas abattu
Par Eurosport

Le 10/04/2009 à 14:30Mis à jour

Battu sur la pelouse du Shakhtar Donetsk (2-0) en quart de finale aller de la Coupe de l'UEFA, l'Olympique de Marseille n'en fait pas un drame. Les Marseillais y croient encore et, surtout, ne veulent pas que ce revers, le premier depuis février, vienne leur couper les ailes.

Si les victoires poussent bien souvent et le plus logiquement du monde à l'optimisme, les défaites n'ont pas toujours pour conséquence évidente l'abattement. Demandez donc aux Marseillais. Battus 2-0 sur la pelouse du Shakhtar Donetsk en quart de finale aller de la Coupe de l'UEFA, les joueurs d'Eric Gerets qui se sont présentés devant la presse ne se sont pas montrés particulièrement accablés par le revers qu'ils venaient de subir. Et pourtant, les affaires européennes de l'Olympique de Marseille ont pris du plomb dans l'aile.

Une première depuis le 19 février

Un mince espoir, tout de même partagé par son président, Pape Diouf. "L'optimisme est en moi, toujours. Nous jouerons notre chance à fond. Nous nous présenterons fragiles dans cette deuxième manche puisqu'un seul but du Shakhtar serait pratiquement synonyme d'élimination. Ce sera extrêmement périlleux, la qualification apparaît compromise, mais en football tout reste toujours possible." Tout reste possible, certes. Mais l'affaire eut été plus simple si l'OM avait su concrétiser ses temps forts en première et seconde période. Et ne s'était pas désuni en fin de match, au moment où le club phocéen pouvait revenir : "Tout le monde a oublié les consignes et la discipline tactique. Ce sera compliqué au retour, car nous avons perdu ici sans marquer et il faudra prendre des risques, devant des attaquants brésiliens de grande classe", a regretté Eric Gerets.

Avant de retrouver le Shakhtar, jeudi prochain, l'OM va devoir mettre l'Europe entre parenthèses et négocier au mieux un rendez-vous tout aussi important, dimanche au stade Vélodrome. Si ce n'est plus... Deuxième du Championnat de France à une longueur de Lyon, le club olympien ne doit pas se louper face à Grenoble lors de la 31e journée. Si l'UEFA n'est pas loin de s'envoler, l'objectif Ligue 1 est toujours en vue. Et la défaite ukrainienne ne doit pas couper les ailes ni briser l'élan d'une équipe qui n'avait plus perdu depuis le 19 février, et une défaite face à Twente en 16e aller de la C3 (0-1). Jusqu'ici, tout allait bien pour les Olympiens. Maintenant que le ciel s'est légèrement assombri, les Marseillais sont attendus au tournant. Et n'ont pas le temps de se lamenter. D'où la "positive attitude" ambiante et l'envie d'en découdre rapidement. "Aujourd'hui, il ne faut pas s'apitoyer, confirme Lorik Cana. Il y a de très belles choses qui nous attendent en cette fin de saison." Reste à ne pas gâcher, comme dirait l'autre.

0
0