Getty Images

Allemagne-Cameroun : Draxler, un brassard en apparence et une chance à ne pas manquer

Draxler, un brassard en apparence et une chance à ne pas manquer

Le 24/06/2017 à 21:21

COUPE DES CONFEDERATIONS - Le choix de Joachim Löw de nommer Julian Draxler capitaine de l'équipe d'Allemagne, qui affronte le Cameroun dimanche (17h00), peut éventuellement surprendre. Si le Parisien est attendu comme un leader technique de cette Mannschaft remaniée, il n'a en revanche pas forcément les caractéristiques d'un taulier. Mais il doit saisir cette chance pour progresser.

C'est un été placé sous le signe du développement pour l'Allemagne. Et Julian Draxler illustre certainement le mieux ce phénomène. Au sein d'une Mannschaft amputée de tous ses cadres, laissés au repos par Joachim Löw, le Parisien a hérité du brassard de capitaine pour la Coupe des confédérations. Ce n'est pas forcément le rôle dans lequel il était attendu, même si Draxler est le joueur le plus capé de l'équipe allemande en Russie avec ses 32 sélections. Mais Löw n'a pas fait ce choix par hasard.

Le sélectionneur allemand l'a justifié au début de la compétition. En substance, il n'attend pas que Draxler adopte une attitude de leader de vestiaire qu'il n'a jamais eue jusqu'ici. Ce que le joueur du PSG a bien intégré. "Hériter du brassard me rend fier, a-t-il reconnu. C'est une responsabilité nouvelle et importante. J'essaie d'assumer ce rôle en servant de guide aux jeunes et en leur donnant des conseils. Mais porter le brassard ne signifie pas pour autant que je suis subitement devenu un autre homme et que je vais tenir des discours de vingt minutes dans le vestiaire."

"Il ne va pas transcender ses coéquipiers"

Ce n'est pas son style. Et ce n'est vraisemblablement pas non plus le type de rôle qu'il sera amené à occuper à l'avenir, que ce soit en club ou en sélection. "Ce n'est pas le genre de joueur qui va guider ses coéquipiers ou les transcender, souligne Carsten Arndt, notre correspondant d'Eurosport Allemagne. Et puis il a récemment quitté l'hôtel de la sélection pour s'offrir une escapade à Ibiza. Ce n'est pas sérieux pour un capitaine. Vous imaginez que Philipp Lahm, Bastian Schweinsteiger ou Manuel Neuer puisse faire ça avant un tournoi international ?"

Julian Draxler et Pablo Hernandez lors d'Allemagne-Chili

Julian Draxler et Pablo Hernandez lors d'Allemagne-ChiliEurosport

Cette virée n'est pas passée inaperçue outre-Rhin. Si elle reste du domaine du privée, elle prouve aussi que Draxler a encore un cap à franchir sur le plan psychologique pour exprimer la plénitude de son talent et devenir un leader technique incontournable. C'est justement dans cette optique que Löw lui a confié le brassard de capitaine. "Si je donne une telle responsabilité à Julian, c'est pour qu'il mûrisse encore davantage, a expliqué le sélectionneur allemand. Mais il a les capacités pour s'affirmer et devenir un cadre de cette équipe."

Une étape déterminante dans son développement

C'est une belle opportunité pour le joueur du PSG, arrivé de Wolfsburg l'hiver dernier pour une somme estimée entre 36 et 40 millions d'euros. Si Löw lui a fait l'honneur de lui donner le brassard de capitaine, c'est parce qu'il croit beaucoup en Draxler. "Certains joueurs de mon équipe me donnent l'impression de pouvoir prendre une autre dimension, a-t-il affirmé. Des joueurs comme Draxler et Kimmich peuvent encore se développer. Ils ne sont pas parmi les meilleurs joueurs mondiaux. Pas encore, mais ils peuvent y arriver."

Il appartient à Draxler de saisir cette chance. "Löw attend qu'il passe une étape dans son développement, résume Arndt. Dans cette équipe, il doit être un leader au niveau de la performance, il ne peut pas se cacher derrière les cadres habituels." Jusqu'ici, le Parisien a alterné le bon et le moins bon. Homme du match face à l'Australie (3-2), il est resté plus en retrait dans le choc face au Chili (1-1). Cette inconstance se lit aussi sur ses performances avec le PSG et son début de carrière. C'est justement ce qu'il doit corriger pour donner raison à Löw et franchir ce cap déterminant.

Julian Draxler lors de Allemagne - Australie en Coupe des Confédérations 2017

Julian Draxler lors de Allemagne - Australie en Coupe des Confédérations 2017Getty Images

0
0