Eurosport

Les relations Valcke - Al-Khelaïfi, une vieille histoire

Les relations Valcke - Al-Khelaïfi, une vieille histoire
Par AFP

Le 12/10/2017 à 22:00Mis à jour Le 12/10/2017 à 22:04

Visés par une enquête suisse pour des soupçons de corruption, Nasser Al-Khelaïfi et Jérôme Valcke entretiennent une relation de longue date.

Entre le Français Jérôme Valcke et le Qatari Nasser Al-Khelaïfi, PDG de la société BeIn Media et également patron du PSG, tous deux visés par une enquête suisse pour des soupçons de corruption, les relations sont anciennes et remontent au début des années 2000.

Journaliste à Canal+ avant de devenir patron de Sport+, la chaîne sportive du groupe, Valcke devient l'un des gourous de l'acquisition des droits sportifs et rejoint ensuite Sportfive, société spécialisée dans la gestion des droits marketing et audiovisuels sportifs. Puis en 2003, recommandé à Sepp Blatter, patron de l'instance, par Michel Platini, il rejoint la FIFA comme directeur du marketing et gère à ce titre les droits TV. Au même moment, au Qatar, Nasser Al-Khelaïfi à la tête de Al Jazeera Sport, rebaptisée en janvier 2014 BeIN Sports, est en charge de la stratégie d'achat de droits et à la recherche de contenus pour ses chaînes. Il mandate donc des sociétés pour acquérir des droits.

Nasser Al-Khelaïfi

Nasser Al-KhelaïfiEurosport

" Ils se sont rendu beaucoup de services"

En 2003, alors qu'il est déjà employé à la Fifa, Jérôme Valcke continue à "faire des piges" pour la société SportUnited, domiciliée à Paris, qui négocie des droits sportifs et dont il détient des parts, explique un spécialiste du marketing sportif. A ce titre et selon un document que l'AFP s'est procuré, M. Valcke sert d'intermédiaire pour acquérir les droits de la Liga espagnole pour le Moyen Orient pour les saisons 2003/2004 et 2004/2005 pour le compte d'Al Jazeera, pour un montant de 6,9 millions de dollars.

"Jérôme Valcke et Nasser Al-Khelaïfi entretiennent des relations de longue date et se sont rendu beaucoup de services", explique une autre source familière du dossier. Ainsi, en 2010, Valcke fait-il nommer Al-Khelaïfi à la Commission d'organisation de la Coupe du monde des clubs de la Fifa. Cette commission était alors présidée par l'Américain Chuck Blazer, ancien patron du football nord-américain, convaincu de corruption et qui a livré au FBI de nombreux éléments ayant permis de déclencher en 2015 la vaste opération contre des responsables corrompus de la Fifa.

Dans cette commission siégeait aussi l'Espagnol Sandro Rosell, ancien président du FC Barcelone et proche de Valcke. Rosell a été arrêté en mai dernier par la police espagnole pour blanchiment d'argent, accusé d'avoir encaissé illégalement des droits à l'image de la sélection brésilienne. L'ancien président de la Fédération brésilienne, Ricardo Teixeira, un autre proche de Valcke, est également cité dans cette dernière affaire.

0
0