FOOTBALL - 2012/2013 - Marseille - Nkoulou - DPPI
 
Article
commentaires
Football > Ligue 1

L'OM veut éviter la bûche

L'OM veut éviter la bûche

Par Eurosport
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 23/12/2012 à 19:13 -
Par Eurosport - Le 23/12/2012 à 19:13
Habitué ces dernières années à rater sa dernière sortie de l'année, l'OM aspire à rectifier le tir. Très efficace à l'extérieur, les Marseillais ont également envie d'offrir un beau cadeau à leurs supporters dimanche soir face à Saint-Etienne au Vélodrome.

Pour sa première saison à Marseille, Elie Baup marche sur les traces de son prédécesseur. Avant même le dernier match de l'année, le coach à la casquette compte le même nombre de points que l'OM champion lors de la saison 2009-2010. A l'époque, Didier Deschamps avait basculé à la trêve avec un total de 35 points. Une performance déjà égalée par Baup. "Je ne regarde que les points, avoue d'ailleurs le coach marseillais. Il n'y a que ça qui compte." L'entraîneur marseillais a briefé ses joueurs sur l'importance du dernier match de l'année. Pas question de se croire déjà en vacances avant d'affronter Saint-Etienne dimanche soir. Car ce rendez-vous va ponctuer positivement ou négativement une première moitié de saison chaotique. "Je veux gagner pour offrir un beau cadeau de Noël à tous nos supporters, explique André-Pierre Gignac. Si on perd, on ne sera pas joyeux pendant les fêtes."

Ces dernières années, l'OM a pris l'habitude de se prendre les pieds dans le tapis juste avant Noël. Difficile d'éviter la bûche... Nancy en 2008 (0-3) puis Auxerre en 2009 (0-2) avaient fait passer le club marseillais pour le dindon de la farce... Des chutes qui ont marqué l'esprit des supporters. "On n'évoque que la défaite face à Auxerre ici, note ainsi Steve Mandanda. J'ai pourtant le souvenir que l'on a gagné la saison passée à Nancy (1-3) pour le dernier match. Mais on n'en parle pas beaucoup..." Le capitaine de l'OM a raison d'insister sur les résultats positifs de son club à la veille des fêtes. Au total, les Marseillais comptent cinq succès, trois nuls et deux défaites sur les dix derniers matchs disputés avant la trêve des confiseurs. Une balance largement à l'avantage des Olympiens. Dimanche, ils recevront Saint-Etienne, un adversaire qui leur réussit généralement très bien...

Gignac : "De nouveau faire peur chez nous"

Les Verts se brisent souvent quand ils descendent à Marseille. Depuis 1945, l'ASSE a perdu 32 fois, pour seulement 8 victoires et 6 nuls. Le rapport de force tourne largement en faveur des Olympiens. Dimanche, l'occasion est donc belle pour l'OM de jouer une nouvelle fois le rôle de bête noire des Stéphanois. Les hommes de Christophe Galtier paraissent d'ailleurs bien moins fringants depuis un mois. Leur dernière victoire remonte au 23 novembre dernier face à Valenciennes (1-0). Cette mauvaise passe ne rend pas pour autant Steve Mandanda optimiste... "On ne rencontre jamais l'équipe que l'on voit sur les vidéos d'avant-match, regrette le gardien de l'OM. Contre nous, les adversaires sont plus motivés car ils jouent au Vélodrome. Et ils sont devant les caméras de Canal+. Et puis même si Saint-Etienne n'a pas marqué depuis longtemps, cette équipe possède de très bons joueurs offensivement. Devant, Aubameyang va très vite. Il fait une très bonne saison. Saint Etienne possède un gros collectif. C'est une équipe qui vit bien ensemble".

Désireux d'offrir un cadeau à leurs supporters, les Marseillais ne veulent pas manquer l'occasion de s'imposer face à Saint-Etienne. Ils confirmeraient ainsi leur bonne forme actuelle. Car l'OM reste sur deux victoires à l'extérieur à Bastia (1-2) et à Toulouse (0-1). Mais Marseille se sent moins à l'aise dès qu'il s'agit de jouer à domicile. Lyon (1-4) et Lorient (0-3) ont terrassé l'OM sur ses terres lors des deux dernières sorties. Pas de quoi se rassurer avant de recevoir les Verts. Un syndrome du Vélodrome est-il en train de naître ? "Il faut de nouveau faire peur chez nous, souhaite Gignac. Avant lorsque les équipes venaient ici, il n'y avait rien pour elles. Maintenant, elles viennent pour gagner."

Dans un stade rogné de près d'un tiers de sa capacité, Marseille n'a plus ce soutien populaire si précieux. "Quand il y a 50 000 personnes qui poussent, c'est mieux, reconnaît encore APG. C'est moins facile de jouer devant des échafaudages." Même avis du côté du coach olympien. "On a de la ferraille en face de nous, déplore Elie Baup. On ne sent pas comme avant l'ambiance fantastique qui pousse l'équipe à se surpasser." Le challenge est pourtant excitant. Avec 38 points au compteur en cas de victoire, l'OM version 2012-2013 ferait mieux que le Montpellier de Louis Nicollin (37 points en 19 journées) pourtant sacré champion la saison passée...