AFP

Angers, un si périlleux mois de janvier...

Angers, un si périlleux mois de janvier...
Par AFP

Le 09/01/2016 à 15:39

LIGUE 1 - Entre un mercato qui lui a déjà coûté deux joueurs -- bilan provisoire -- et un calendrier relevé, Angers va devoir rapidement se remettre dans le bain en Ligue 1, s'il veut poursuivre sur la lancée de sa phase aller remarquable.

On ne bouscule pas impunément la hiérarchie du championnat de France. Angers, promu et deuxième plus petit budget de Ligue 1, fait ce constat cet hiver comme d'autres avant lui, après avoir réussi à se hisser à la troisième place à mi-parcours. Ses bonnes performances ont attisé les appétits de clubs plus huppés qui cherchent à débaucher ses meilleurs joueurs.

"C'est la vie du foot, (...) est-ce qu'il vaut mieux être 19e et garder son groupe, ou être 3e et perdre des joueurs en cours de route ?", a récemment philosophé l'entraîneur Stéphane Moulin, dans Ouest-France. Le technicien n'est pourtant pas tendre avec le mercato qu'il qualifie de "marché aux bestiaux", d'"aberration au sens collectif du football". Ludovic Butelle, gardien de but de la deuxième meilleur défense du championnat et Razza Camara, le rapide ailier, ont déjà cédé aux sirènes étrangères.

Ludovic Butelle (Angers)

Ludovic Butelle (Angers)Panoramic

L'équilibre du groupe pas menacé ?

Si le départ de l'attaquant à Derby County est presque une bonne affaire -- le club de D2 anglaise aurait déboursé 2 millions d'euros pour racheter ses six derniers mois de contrat --, celui de Butelle au FC Bruges était plus inattendu. Mais à 32 ans, celui qui a gardé sa cage inviolée pendant onze rencontres lors de la phase aller pouvait difficilement refuser le challenge sportif de jouer la coupe d'Europe et le titre tous les ans, sans oublier l'attrait financier d'un dernier gros contrat. Le club entend maintenant fermer les vannes et conserver les Cheikh Ndoye, Romain Thomas, Romain Saïss ou Thomas Mangani qui susciteraient des convoitises jusque dans les très bons clubs anglais.

Côté arrivées, Denis Petric, meilleur gardien de Ligue 2 l'an dernier avec Troyes et Mohamed Yattara, qui connaît bien la maison noire et blanche pour y avoir disputé 35 matches ponctués de 15 buts lors d'un prêt par Lyon en 2013/2014, ont été recrutés. Le SCO, qui souhaitait renforcer son attaque, seul secteur un peu faiblard (17 buts inscrits) des Angevins, s'est également fait prêter l'attaquant algérien Said Benrahma jusqu'à la fin de la saison par Nice.

Pour autant, l'équilibre d'un groupe qui mise tout sur sa force collective ne semble pas en danger, d'autant que le club sait gérer les départs de joueurs majeurs comme Sofiane Boufal l'hiver dernier et Jonathan Kodjia cet été. Nul doute que la date du 31 janvier, qui verra se refermer le mercato d'hiver, sera néanmoins accueillie avec soulagement par le SCO, d'autant qu'elle marquera aussi la fin d'un mois de janvier à risque sportivement.

Mêmes inquiétudes pour Caen

Après avoir éliminé la modeste équipe de Besançon en Coupe de France, Angers va recevoir Caen (4e), avant d'aller à Nice (5e), à Paris (1er) et recevoir Monaco (4e), sans oublier le 16e de finale de Coupe de France contre Bordeaux. La première rencontre de la phase retour, samedi, l'opposera à Caen, une équipe soumise aux mêmes inquiétudes.

Les Normands, tout aussi surprenant quatrièmes de L1, ont eux aussi dû repousser les avances de clubs, notamment en direction de leur avant-centre Andy Delort. "Il n'y aura aucun départ durant ce mercato d'hiver, au niveau des arrivées on verra ce qui se présente", a martelé Xavier Gravelaine, directeur général du club. Caen a été très pro-actif en prolongeant huit joueurs depuis le début de la saison, notamment ses prometteurs défenseurs Emmanuel Imorou, Dennis Appiah et Damien Da Silva. La rencontre de samedi donnera en tout cas le ton de la seconde moitié du championnat pour les deux équipes. Gare à la fausse note !

0
0