Eurosport

La crise à l’OL expliquée par les statistiques

À l’OL, ça va très mal... et c'est normal

Le 03/02/2016 à 06:24

LIGUE 1 - L’Olympique Lyonnais pointe à la dernière place du classement sur les dix dernières journées avant de recevoir Bordeaux ce mercredi (19h). Avec cinq petits points glanés sur cette période, c’est la crise qui couve à l’OL. La preuve en statistiques.

Il n’y a pas de doute : c’est la crise à l’Olympique Lyonnais. Sportivement, tout au moins. Ce mercredi, c’est même Bordeaux qui se présente en favori dans le nouveau stade des Gones. La faute à la série noire traversée par les Lyonnais : ceux-ci n’ont pris que 5 points sur 30 possibles sur les 10 derniers matches.

Le miroir du classement

C’est simple, sur les dix dernières journées de Ligue 1, l’Olympique Lyonnais est dernier de Ligue 1.

Depuis sa victoire contre Saint-Etienne à domicile (3-0), l’OL n’a gagné qu’un match, contre Troyes (4-1). Sinon, c’est deux nuls et surtout sept défaites. Une série qui contraste avec le début de saison lyonnais. Sans être brillants, les coéquipiers d’Alexandre Lacazette avaient atteint la 2e place au terme de la 14e journée.

Visuel Lacazette 800px

Le paradoxe de la possession

Les Lyonnais sont pourtant rarement dominés. Contre Marseille par exemple (1-1), ils se retrouvent menés au score tout en ayant assez largement la possession du ballon (67%). C’est d’ailleurs un des paradoxes de l’équipe lyonnaise. Elle possède le deuxième pourcentage de possession de balle derrière le PSG (59% contre 64%) mais cette mainmise est stérile.

Les milieux de terrain échangent beaucoup mais font rarement des passes à même de déstabiliser la défense. Les meilleurs passeurs lyonnais, Grenier et Valbuena, ne comptent que 3 passes décisives à leur actif depuis le début de saison. Pas terrible, même si Grenier a manqué une bonne partie du début de saison.

Attaque : une efficacité en berne

S’il y a un chantier prioritaire, c’est bien celui de l’efficacité devant le but, n’en déplaise à Mathieu Valbuena qui affirmait le contraire en conférence de presse. En moyenne, l’OL est l’équipe qui frappe le plus par match cette saison, même devant le PSG. Une moyenne de 15,3 tirs par match pour … 1,2 but par match.

Vidéo - Valbuena : "Pas la peine d'écrire que nos séances d'entraînement sont catastrophiques !"

01:44

Sur les périodes comparées, les chiffres sont également pertinents. De la 1ère à 14e journée, l’OL frappait plus et cadrait mieux avec un ratio de 35%. Depuis la 14e journée, ce ratio tombe à 30%. En face, c'est un peu l'inverse.

Tirs Cadrés Tirs/match Buts
1ère à 14e journée 223 78 15 19
14e à 23e journée 129 39 12,9 9

Défense : sans Umtiti, tout va mal

Si devant tout va mal, ce n’est pas mieux derrière. La défense de l’OL a pris 20 buts sur les dix dernières journées. De la 1ère à la 14ème, c’est moitié moins avec 10 buts concédés.

La cause de cette défaillance est simple : l’absence de Samuel Umtiti. Blessé lors du derby aller à Gerland (3-0), le joueur a été indisponible du 8 novembre au début de l’année 2016. En son absence, l’OL a implosé et a encaissé 16 buts. S’il n’a pas enrayé la crise lyonnaise, son retour a cependant rassuré une arrière garde en déliquescence.

Détail match OL sans Umtiti :

  • OCG Nice – OL : 3-0
  • OL – Montpellier : 2-4
  • Nantes – OL : 0-0
  • OL – Angers : 0-2
  • PSG – OL : 5-1
  • GFC Ajaccio – OL : 2-1

Contre Bordeaux et son buteur Cheick Diabaté, auteur de 6 réalisations depuis le début de l’année, le défenseur devra rester sur ses gardes pour permettre à son équipe de se relancer. Cela devient (très) urgent.

Samuel Umtiti dépité lors d'OL-OM

Samuel Umtiti dépité lors d'OL-OMAFP

0
0