Panoramic

OM-Guingamp (0-0) - L'antisèche : Michel est responsable mais a des circonstances atténuantes

L'antisèche : Michel est responsable mais a des circonstances atténuantes

Le 11/01/2016 à 02:25

LIGUE 1 – L'OM a livré l'un de ses matches les plus pauvres de la saison face à Guingamp (0-0). Son coach, Michel, a évidemment sa part de responsabilité mais son effectif manque cruellement de profondeur et de talent pour espérer bien figurer dans les quatre compétitions qu'il lui reste à jouer. Voici notre antisèche.

Le jeu : De l'ennui, beaucoup d'ennui

Une longue soirée sans fin, sans piment et sans frisson. Ce dimanche a accouché de l'une des rencontres les plus soporifiques de la saison (0-0). Dans un Vélodrome aux rangs clairsemés, l'OM a signé une prestation d'une profonde indigence, incapable de mettre en danger des Guingampais pourtant très peu à l'aise loin de chez eux cette saison.

Les Bretons sont venus chercher le point qu'ils visaient mais jamais l'OM ne les a mis hors de position. C'est bien sûr l'animation offensive qui a avant tout déçu. Michel semble à court de solution et d'idée. Pour espérer mieux, l'OM aurait dû presser plus haut et mordre dans les mollets de l'En Avant. Il n'en fut rien.

Les joueurs : Lössl décisif, Barrada tranparent

Beaucoup de prestations neutres. Surtout à Marseille. Javier Manquillo a bien tenté de secouer le cocotier mais sans grande réussite. Lassana Diarra n'a pas grand-chose à se reprocher mais il s'est montré beaucoup plus discret que d'habitude dans la construction. Tout comme Abdelaziz Barrada, incapable de prendre à son compte. Pourtant, c’est ce que son poste exige.

Guingamp peut remercier Jonas Lössl. Le gardien de l'EAG n'a pas eu grand-chose à faire mais a sorti la parade qu'il fallait sur un tir à bout portant de Manquillo. Younousse Sankharé est l'un des rares à avoir tenté de changer le rythme de la rencontre et Yannis Salibur s'est montré très solide.

Ocampos, Nkoudou et Batshuayi (OM)

Ocampos, Nkoudou et Batshuayi (OM)Panoramic

Ce qui aurait pu tout changer : Le penalty oublié sur Briand

13e minute : L'OM est déjà dans le dur. Coco lance Briand qui prend de vitesse Isla et va se présenter seul devant Mandanda. Mais le latéral de l'OM bouscule l'ancien Lyonnais dans la surface de réparation. Le penalty est évident, pas pour l’arbitre Frédy Fautrel.

La stat : 8

L'OM signe une série historique dont il se serait bien passé. Ce dimanche, Marseille a concédé son 8e match consécutif à domicile sans victoire. Soit la pire série du club égalée. La dernière fois, c'était en 1962/1963.

Le tweet qui résume tout

La décla : Steve Mandanda (OM)

" C'était catastrophique, on n'a rien fait. C'est vraiment triste, je n'ai pas de mot."

Vidéo - Mandanda (OM) : "C'était triste et catastrophique"

02:34

La question : Quelle est la part de responsabilité de Michel ?

Elle est réelle. Parce que si l'OM ne progresse pas, s'il souffre des mêmes maux depuis le début de saison, Michel en est le premier responsable. Il est aujourd'hui bien difficile d'identifier son empreinte technique sur l'équipe notamment dans l’animation offensive. Michel a de moins en moins d'excuse et il a déjà dirigé 18 matches sans progrès notable.

Mais ce dimanche, il avait tout de même quelques circonstances atténuantes. Avec les absences de Cabella, Alessandrini, Mendy, Dja Djédjé, Sarr et Rekik, ses options de coaching étaient très restreintes. Avec Dacosta, Anguissa, Porsan-Clemente et Rabillard sur le banc, Marseille n'avait pas des seconds choix dignes de ses ambitions. Marseille est encore en course sur quatre tableaux et pourrait jouer un match tous les trois jours jusqu'à début mars en cas de victoire dans les deux Coupes nationales.

Avant de se pencher sur le cas de Michel, l'OM doit d'abord et avant tout penser à recruter. D'autant que, ce dimanche, il a sans doute perdu Ocampos, touché à la cheville et directement transporté à l'hôpital. Marseille doit recruter en attaque, cela ne résoudra pas ses problèmes mais donnera plus de mou à Michel. Le coach espagnol autant que son équipe en a grandement besoin. S'il ne se muscle pas cet hiver, Marseille s'expose à de nouvelles prestations sans saveur et une fin de saison très longue.

Lassana Diarra (OM) face à Younousse Sankhare et Marcus Coco (Guingamp)

Lassana Diarra (OM) face à Younousse Sankhare et Marcus Coco (Guingamp)AFP

0
0