Panoramic

PSG - Bastia (2-0) : Paris sans trembler et sans en rajouter

Le PSG sans trembler et sans en rajouter

Le 08/01/2016 à 22:28

LIGUE 1 - Le Paris Saint-Germain a dominé Bastia (2-0) vendredi soir au Parc des Princes en ouverture de la 20e journée. Deux buts inscrits dans le dernier quart d'heure de la première période par Thiago Motta et Maxwell ont permis au leader de plier le match. Le PSG compte provisoirement 22 points d'avance sur Monaco.

Le doute s'est invité une demi-heure. Trente petites minutes durant lesquelles Paris s'est un peu cherché. Et le rouleau compresseur s'est mis en place croquant le Sporting Club de Bastia ce vendredi (2-0) comme tant d'autres avant lui cette saison. Cette nouvelle victoire, la sixième consécutive toutes compétitions confondues, permet au PSG de compter 22 points d'avance (!) sur son dauphin monégasque avant la suite de cette 20e journée samedi et dimanche. Les Corses pourraient, eux, plonger dans la zone rouge en cas de bons résultats de Guingamp et Reims.

En tout début de match, les Corses ont pu, un peu, y croire sur deux frappes d'un Fofana inspiré (7e et 14e) mais la pépite de Manchester City n'a jamais trouvé le cadre. Au contraire du PSG, ultra-réaliste en première période. Les hommes de Laurent Blanc, qui a fait confiance à Lucas au détriment de Cavani ce vendredi, ont marqué sur chacune de leurs deux premières occasions par Thiago Motta, poussant le ballon dans le but vide après une tête de Thiago Silva (29e), puis Maxwell d'une volée lumineuse sur un service de Di Maria (39e), également à l'origine du premier but.

Thiago Motta (PSG) après son but face à Bastia

Thiago Motta (PSG) après son but face à BastiaPanoramic

Retour de Pastore, boulette de Trapp, alerte pour Thiago Silva

Sitôt l'issue du match scellée, Paris a confisqué le ballon comme il sait si bien le faire. Bastia n'est quasiment plus jamais sorti de sa moitié de terrain et il a fallu une nouvelle faute de main de Kevin Trapp pour qu'un léger frisson traverse un Parc des Princes toujours aussi silencieux. La note aurait pu être plus sévère encore si Squillaci n'avait pas fait don de son corps devant Ibrahimovic (58e), si Modesto ne s'était pas jeté sur une frappe de Lucas (73e), si Leca ne s'était pas montré vigilant sur une tête du Brésilien (81e) ou si un dégagement dévissé de Marange n'avait pas percuté sa barre transversale (87e).

En 2016, le PSG continue de léviter quelques galaxies au-dessus du commun des mortels de L1. Il a récupéré ce vendredi un nouvel atout de choix, Javier Pastore, absent des terrains depuis octobre. Et si la cheville de Thiago Silva a tourné, obligeant le capitaine parisien à quitter ses équipiers, l'alerte semble légère. Le PSG n'a pas à s'inquiéter. Il va pouvoir continuer de marcher en toute sérénité sur la Ligue 1 semaine après semaine.

0
0